Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Trop d'Arabes à Toulouse" : la mairie ouvre une enquête après les propos polémiques d'un élu

samedi 28 avril 2018 à 12:36 Par Stéphane Garcia, France Bleu Occitanie et France Bleu

"Trop d’Arabes à Toulouse". Ce sont les propos prêtés à un conseiller municipal toulousain de la majorité, sur l’antenne d’une radio israélienne. Le maire de Toulouse ouvre une enquête.

Image d'archive du Capitole
Image d'archive du Capitole © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Polémique à la mairie de Toulouse. Aviv Zonabend, conseiller municipal de la majorité aurait dit "il y a  trop d'Arabes à Toulouse". L'élu toulousain, en charge des relations avec les villes jumelées aurait tenu ses propos lors d'une émission radio alors qu'il était en Israël. 

Il était interrogé sur la radio de l'armée israélienne sur le port de la kippa et il a répondu : "Je pense qu'aujourd'hui il ne faut plus porter de calotte sur la tête, c'est un problème de sécurité et pas d'identité. On me demande alors si je suis influencé par Mohammed Merah, je lui réponds que 'oui, entre autres, ça marque' et il me demande s'il y a trop d'arabes à Toulouse, je lui réponds que oui mais je pense aux islamistes à ce moment-là". Pour sa défense, Aviv Zonabend explique qu'il parle mal l'hébreu, d'où l'incompréhension autour de sa déclaration.  

Aviv Zonabend : "On me demande s'il y a trop d'arabes à Toulouse, je réponds alors que oui mais je pense aux islamistes à ce moment-là..."

De son côté, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse a depuis rencontré son adjoint. dans un communiqué publié sur Facebook il condamne des propos "à l'emporte-pièce". Il indique même qu'une enquête a été lancée. Concrètement, les services municipaux et un traducteur professionnel sont en train de traduire la version originale de cette interview pour savoir quels mots ont été employés.

Si les faits étaient avérés, l'élu pourrait alors perdre ses délégations. Aviv Zonabend, en tout cas, n’envisage pas de démissionner de son poste de conseiller municipal.