Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un an après le désarmement d'ETA

mardi 13 mars 2018 à 20:06 Par Nathalie Bagdassarian, France Bleu Pays Basque

Il y a un an, ETA rendait les armes. Une étape historique au Pays Basque initiée par le mouvement citoyen "Les Artisans de la Paix". Ils organisent pour l'anniversaire un Forum sur la réconciliation et les prisonniers basque. Le 8 avril, une sculpture monumentale sera érigée dans le Petit Bayonne.

Les Artisans de la Paix organisent  durant 3 jours des conférences et  l'installation d'une sculpture monumentale symbolisant la paix
Les Artisans de la Paix organisent durant 3 jours des conférences et l'installation d'une sculpture monumentale symbolisant la paix © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Pays Basque, France

Le  8 avril 2017 , les Artisans de la Paix sont à l 'origine d'une journée historique. Ils organisent, avec le soutien du gouvernement français, en quelques heures, la mise au jour des caches d'ETA. L'arsenal de l'organisation est remise aux autorités françaises. Près de 20 000 personnes se rassemblent à Bayonne lors de cette "Journée du désarmement". 

Le 6 avril prochain, ces trois jours "anniversaire" commenceront donc à Bayonne par la première conférence du  Forum des Artisans de la Paix.  Le thème sera  la réconciliation après 40 ans de conflit : "Victimes, souffrance : faire face au passé pour construire l'avenir" avec la présence notamment de Julen Mendoza, le maire d'Errenteria (Guipuzkoa) près de Saint Sébastien. Dans sa commune surnommée "l'ex-Belfast basque" nationaliste convaincu, il est l'un des premiers à avoir initié des actions pour entamer la réconciliation. A 35 ans, il marque les esprits en prenant dans ses bras la veuve d'une des victimes d'ETA. Serge Portelli, magistrat à la Cour d'appel de Versailles, sera également assis à ses côtés lors de cette table ronde qui se tiendra à la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne, de 19h30 à 22 heures.

Quelle est maintenant la prochaine étape ? Madrid refuse de "suivre le gouvernement français" et réclame la dissolution d'ETA. "Elle viendra" assure l'un des Artisans de la Paix, Michel Berhocoirigoin.

"Pas à pas, la dissolution viendra "- Michel Berhocoirigoin

Prisonnier.e.s basques : du possible au nécessaire

Le samedi 7 avril à Biarritz, au Bellevue, deuxième conférence sur le rapprochement des prisonniers basques, en présence notamment de Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme

"Le rapprochement des prisonniers basques est un processus long et parfois fragile mais il est en marche" assure Anais Funosas, présidente du mouvement civil pour la paix, Bake Bidea.

Pour le 8 avril, tout n'est pas encore calé mais la sculpture de l'artiste du Gipuzkoa, Koldobika Jauregi, sera érigée dans le Petit Bayonne (l'emplacement n'est pas encore dévoilé). Une oeuvre de 8 mètres de haut en acier Corten de prés de 3 tonnes représentant un arbre dont le tronc est une hache à l'envers. La hache étant un des symboles d'ETA.