Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un an après son élection, Sophie Beaudouin-Hubière, députée LREM de Haute-Vienne, continue de se faire connaître

mercredi 20 juin 2018 à 8:30 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

C'est un travail de longue haleine, reconnaît la députée, qui dit passer 4 jours en Haute-Vienne, contre 3 à Paris, chaque semaine. Elue à l'Assemblée nationale dans la vague En Marche, Sophie Beaudouin-Hubière parle de loyauté à un programme plutôt qu'au président Emmanuel Macron.

 Sophie Beaudouin-Hubiere lors d'une audition à l'Assemblée nationale, en mai dernier.
Sophie Beaudouin-Hubiere lors d'une audition à l'Assemblée nationale, en mai dernier. © Maxppp - Vincent Isore

Limoges, France

Après un an de mandat, quel bilan et quelles impressions pour les députés de la République en Marche ? Ils étaient 3 nouveaux venus en politique en Haute-Vienne, élus en juin 2017 après la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Dont Sophie Beaudouin-Hubière, députée de Limoges-St Léonard (1ère circonscription), à qui Jérôme Edant a posé 3 questions ce mercredi à 8h15.

Etes-vous une députée plus parisienne que haut-viennoise ?

Je dirais que non : je passe chaque semaine 4 jours en Haute-Vienne, et 3 jours à Paris  Mes journées de lundi et vendredi, à Limoges sont entièrement consacrées aux rendez-vous. Et le samedi et le dimanche, je suis sur des manifestations diverses. Le territoire est vaste, et il faut aller partout ! 

Les élus, les électeurs disent souvent ne pas vous connaître, ne pas vous voir

Cela dépend de qui vous interrogez : ces derniers temps, beaucoup d'élus locaux qui n'appartiennent pas à ma famille politique ont été questionnés, et c'est le jeu de la critique... Et puis je reconnais un déficit de notoriété au départ et un besoin de me faire connaître. C'est un travail de longue haleine.   Il faut aussi expliquer à tous les citoyens que lorsqu'ils nous voient quelque part, il ne faut pas qu'ils hésitent à nous interpeller, à venir échanger. Il y a toujours cette barrière, alors que moi je suis friande de ces échanges.

Vous avez été élue dans le sillage d'Emmanuel Macron : est-ce que vous vous sentez redevable, et potentiellement "bridée" ?

Je ne me sens ni redevable, ni bridée, vis à vis d'Emmanuel Macron. En revanche, je sais quel est le programme que j'ai porté, et à ce programme-là, je suis loyale. La loyauté, c'est important, mais quand il y a des choses à dire, je les dis, j'ai toujours été un esprit libre et ça ne va pas changer.