Politique

Un candidat FN aux départementales radié pour une mauvaise blague

Par Vincent Hulin , France Bleu Poitou mercredi 25 février 2015 à 20:07

Le logo du Front National
Le logo du Front National © Radio France

Daniel Dequaindry, candidat Front National sur le canton Poitiers 1, vient d'être radié de son parti pour une boutade avant le dépôt des candidatures. Il a déclaré : " Je ne vais quand même pas aller coller des affiches avec une kalachnikov ! "

Avant le dépôt officiel des listes, le sexagénaire à la retraite se rend en préfecture de la Vienne pour compléter son dossier de candidature; A l'issue de la rencontre avec les fonctionnaires du bureau des élections il lâche une boutade: "j'espère effectivement qu'on aura pas besoin de se battre pour coller les affiches car le front national n'est pas tellement aimé et gentiment je dis,  on ne vas pas aller poser des affiches avec des kalachnikovs ".

"C'est de la bêtise, je ne cautionne pas" - Alain Verdin, responsable FN de la Vienne.

Cette boutade ne semble pas faire rire la préfecture de la Vienne et l'incident remonte jusqu' aux réprésentants du FN dans la Vienne. Alain Verdin le responsable départemental lui signifie aussitôt sa radiation du parti et l'écarte de l'élection départementale. "Il a fait ce que j'appelle moi de l'humour noir je pense que c'est de la bêtise et je pense qu'il ne s'est pas du tout rendu compte de la bêtise qu'il disait, je ne cautionne pas ce genre de comportement quand on veut devenir un personnage publique et qu'on s'engage dans des élections" .

"Je ferai tout ce qui est en mon possible pour qu'ils n'arrivent pas au pouvoir" - Daniel Dequaindry, candidat FN écarté, contre-attaque.

Une décision que ne comprend pas du tout Daniel Dequaindry. Non seulement il ne regrette pas sa blague mais il contre attaque. "Ce que je regrette c'est qu'effectivement les gens du front national sont des gens qui sont incompétents, qui n'ont pas d'ouverture d'esprit, que c'est une dictature et que derrière ça je ferai le barrage au maximum compte tenu de leur faible ouverture d'esprit et tout ce qui est en mon possible pour qu'effectivement ils n'arrivent pas au pouvoir (...) j'avais l'intention sur le plan politique de faire une bonne action et donc j'avais trouvé effectivement que le front national était un créneau qui me semblait bien. Je me suis un petit peu fourvoyé avec cette équipe de pieds nickelés donc je me suis trompé."