Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Un député annule ses voeux et met en cause la préfecture des Vosges

mercredi 2 janvier 2019 à 19:31 Par Laurent Watrin, France Bleu Sud Lorraine

Choqué par un acte de vandalisme, lors de la dernière manifestation des "gilets jaunes" à Saint-Dié-des-Vosges, le député Gérard Cherpion met en cause les services de l'Etat et décide d'annuler ses voeux du Nouvel An. Le préfet des Vosges lui répond.

Gérard Cherpion, député LR des Vosges, annule sa cérémonie des voeux en reprochant à l'Etat de ne pas pouvoir assurer la sécurité de ses convives.
Gérard Cherpion, député LR des Vosges, annule sa cérémonie des voeux en reprochant à l'Etat de ne pas pouvoir assurer la sécurité de ses convives. © Maxppp - Alexandre Marchi

Saint-Dié-des-Vosges, France

La polémique n'est pas dans les habitudes de Gérard Cherpion. Mais, cette fois, l'humeur du député (LR) des Vosges semble avoir pris le dessus. 

Le parlementaire lorrain a été interpellé par un de ses amis, Bruno Toussaint, premier adjoint de la ville de Saint-Dié, dont le magasin a été vandalisé, samedi 29 décembre, pendant la manifestation des "gilets jaunes". 

Gérard Cherpion dit n'avoir pas compris pourquoi "la police n'est pas intervenue" alors qu'elle était présente. Cet épisode a suscité, chez l'élu vosgien, la crainte de nouvelles violences à l'occasion de la cérémonie des voeux, qu'il envisageait d'organiser, la semaine prochaine, dans sa permanence parlementaire. 

Le maintien de l'ordre est un exercice délicat" (Pierre Ory, préfet des Vosges)

L'élu vosgien a donc demandé aux services de la préfecture des Vosges ce qu'ils comptaient mettre en oeuvre pour assurer la sécurité de ce rendez-vous. Insatisfait de la réponse, Gérard Cherpion a décidé d'annuler cette "réunion conviviale pour ne pas mettre en péril ses invités"

Dans un communiqué officiel (voir ci-dessous), le préfet des Vosges a souhaité "rétablir la réalité des faits" même si "un préfet n'a pas vocation à polémiquer"

Concernant l'acte de vandalisme qui a visé le commerce, Pierre Ory rappelle que la police était alors occupée à sécuriser le cortège des manifestants et que des "investigations judiciaires sont en cours".   

Le représentant de l'Etat, qui n'a pas souhaité répondre aux questions de France Bleu Lorraine, écrit aussi : "Le maintien de l'ordre est un exercice délicat, qui suppose beaucoup de sang-froid et de discernement (...) et s'accomode mal d'approches simplistes, voire radicales".

L'élu Gérard Cherpion, plutôt coutumier de la modération, précise qu'il ne fait pas l'amalgame entre des manifestants "ayant des attentes légitimes" et des casseurs pour lesquels, selon lui, "la réponse des services de l'Etat n'est pas à la hauteur" dans le département des Vosges.