Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un irakien réfugié à Tours : "une balle dans la tête si je ne quitte pas l’Irak"

dimanche 10 août 2014 à 20:17 Par Anthony Raimbault, France Bleu Touraine

En Irak, des milliers de chrétiens fuient l’avancée des djihadistes. Ces persécutions ont commencé il y a plusieurs années. Quarante chrétiens irakiens ont déjà trouvé refuge en Touraine, c'est le cas de Ramzi Yaqub. Il témoigne.

Irakien réfugié à tours
Irakien réfugié à tours © Radio France - Anthony Raimbault

Ramzi Yaqub regarde les dernières informations en provenance d’Irak sur sa télévision. Cet irakien de 58 ans habite Chambray-lès-Tours avec toute sa famille. Il est arrivé en France il y a cinq ans, obligé de fuir son pays parce qu’il est chrétien.

"En Irak, j’étais directeur dans une usine. Pour les extrémistes, ce n’est pas normal qu’un chrétien dirige une grande entreprise. Ils m’ont menacé de mort et m’ont donné trois jours pour partir sinon, c’est une balle pour chaque membre de ma famille, la dernière pour moi".

Irak SON

Ramzi Yaqub a plusieurs fois par jour ses proches au téléphone ou sur Internet, notamment son frère et sa sœur restés en Irak. Comme lui, ils sont chrétiens et depuis plusieurs jours, ils vont de ville en ville pour se protéger des extrémistes.

"Si tu acceptes de te convertir ça va. Mais je suis chrétien, je reste chrétien. Je ne peux pas me convertir. C’est la même chose pour les autres."

"Pas comme ça sous Saddam Hussein"

En quelques années, le nombre de chrétiens a fondu en Irak. Ils étaient deux millions au début des années 2000, ils ne sont que 400.000 aujourd’hui. Ramzi Yaqub se souvient d’une anecdote lorsque le pays était dirigé par Saddam Hussein :

"Dans une école, quelqu’un a voulu forcer les chrétiens à apprendre le Coran. L’Etat est tout de suite intervenu. Saddam Hussein était un dictateur, mais sur la religion au moins c’était positif".

Ramzi Yaqub espère un jour retourner en Irak pour aider à la reconstruction du pays, mais il se montre pessimiste pour l’avenir.

"Ces djihadistes ne sont même pas irakiens pour la plupart. On y retrouve même  des anglais, des français… Ce sont des barbares. Il faudra peut-être 20 ou 30 ans pour que ça change. Depuis 2003, c’est pire chaque année. Les américains n’ont pas construit d’Etat, au contraire, les infrastructures de l’Irak se détériorent".