Politique

Un maire des Landes obligé de doubler son indemnité

Par Éric Ballanger, France Bleu Gascogne et France Bleu mercredi 20 janvier 2016 à 14:40

Stéphane Delpeyrat devra doubler son indemnité de maire
Stéphane Delpeyrat devra doubler son indemnité de maire - Conseil régional ALPC

Stéphane Delpeyrat, le maire socialiste de Saint-Aubin préfère en sourire même s'il trouve la situation "ubuesque". A partir de ce mois de janvier, il va être obligé par la loi à doubler son indemnité de maire.

En mars 2014, lorsque Stéphane Delpeyrat est réélu maire de Saint-Aubin (près de Montfort en Chalosse), il décide de fortement baisser son indemnité de maire. A l'avenir, ce sera donc 400 euros par mois. C'était un "geste symbolique, il s'agissait de montrer l'exemple". 

C'est en ouvrant son courrier que Stéphane Delpeyrat a découvert qu'il allait devoir s'augmenter. Son indemnité de maire doit passer de 400 à 800 euros par mois.  Et c'est la loi qui l'y oblige à partir du mois prochain. La loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République). L'article 3 de cette loi oblige les maires des communes de moins de 1 000 habitants à fixer le montant maximal. Pas question d'aller en deçà de cette indemnité de 800 euros par mois. 

C'est ubuesque

Stéphane Delpeyrat regrette cette disposition de la loi au moment où l'on demande à tout le monde de faire des efforts. Il estime que l'Etat aurait pu se charger d'apporter une contribution financière car l'esprit de cet article 3 n'est pas condamnable. Il s'agit de permettre de trouver plus facilement des candidats dans les petites communes. Mais "à ce moment là, il fallait que l'Etat abonde financièrement pour que les communes n'en supportent pas la charge."

Le conseil municipal ne peut plus décider de l'indemnité du maire

Il n'y aucune porte de sortie pour Stéphane Delpeyrat. Il y aura bientôt une circulaire du préfet pour bien cadrer les choses. Il regrette par conséquent que "le conseil municipal ne peut plus décider de l'indemnité du maire". Le seul débat peut encore porter sur les indemnités des adjoints. 

Stéphane Delpeyrat reconnaît que la baisse de l'indemnité relevait plus du symbole et même s'il admet que cet article permettra d'éviter des discussions sans fin pour fixer l'indemnité des élus, il demande toutefois "qu'on nous laisse faire intelligemment les choses". 

Stéphane Delpeyrat trouve cette situation "absurde"

Partager sur :