Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un millier de manifestants contre le projet de loi de sécurité globale à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

Environ mille manifestants se sont réunis vendredi 27 novembre à Besançon (Doubs) pour protester contre le projet de loi de sécurité globale. Le rassemblement était organisé à l'appel de plusieurs partis politiques et organisations de gauche, contre les violences policières.

Environ un millier de manifestants vendredi 27 novembre contre la proposition de loi de sécurité globale à Besançon. Auteur : Rachel Saadoddine
Environ un millier de manifestants vendredi 27 novembre contre la proposition de loi de sécurité globale à Besançon. Auteur : Rachel Saadoddine © Radio France - Rachel Saadoddine

Une manifestation contre le projet de loi de sécurité globale et les violences policières a réuni un millier de personnes (selon la préfecture) vendredi 27 novembre, au soir, à Besançon. Réunis à l'appel de plusieurs partis politiques de gauche (Générations.s, PCF, EELV, Lutte Ouvrière, NPA, La France Insoumise) et des associations (SolMiRé : solidarité migrants réfugiés, Jardins des Vaîtes...), le rassemblement a eu lieu à 18 heures, place Pasteur, dans le centre de Besançon (Doubs). Le cortège a ensuite défilé dans le centre-ville. 

"Loi sécurité globale = fin liberté de la presse" pouvait-on lire sur une pancarte. A côté, une affiche avec des photos de personnes victimes de violences policières.
"Loi sécurité globale = fin liberté de la presse" pouvait-on lire sur une pancarte. A côté, une affiche avec des photos de personnes victimes de violences policières. © Radio France - Rachel Saadoddine

Militants de gauche, syndicalistes, mais aussi gilets jaunes et sympathisants de droite étaient réunis pour dénoncer un "Etat policier" et les dérives des forces de l'ordre. "Nos droits sont attaqués : la liberté de parole, de se réunir, de filmer les gendarmes, tout cela est essentiel et ça fait des années que des choses me choquent", témoigne Christian, gilet jaune depuis deux ans. 

Jugée "liberticide", le projet de loi de sécurité globale est considéré comme une "honte" pour ces manifestants qui dénoncent la dérive policière du "pays des droits de l'Homme".
Jugée "liberticide", le projet de loi de sécurité globale est considéré comme une "honte" pour ces manifestants qui dénoncent la dérive policière du "pays des droits de l'Homme". © Radio France - Rachel Saadoddine

Une loi profondément liberticide"

"C'est une loi profondément liberticide", affirme Séverine Véziès, militante La France Insoumise et ancienne candidate sur la liste Besançon Verte et Solidaire. Et cette opinion est partagée par tous les manifestants, même s'ils ne sont pas du même bord politique. "On donne un blanc-seing aux policiers avec l'article 24 de ce projet de loi et ce n'est absolument pas normal, parce qu'ils ont prouvé par le passé qu'ils étaient capables d'abus", explique Fabrice, ancien militaire et sympathisant de droite.

Noëlle, une militante de l'association Solidarité Migrants Réfugiés Besançon (SolMiRé).
Noëlle, une militante de l'association Solidarité Migrants Réfugiés Besançon (SolMiRé). © Radio France - Rachel Saadoddine

Samedi 28 septembre, une nouvelle manifestation contre le projet de loi de sécurité globale aura lieu à Montbéliard (Doubs) à 14h30 à la Pierre des Poissons.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess