Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un mois après leur élection, deux députés de Gironde racontent leur nouvelle vie

jeudi 20 juillet 2017 à 4:00 Par Mélanie Juvé, France Bleu Gironde

Un mois après leur élection, les députés de Gironde ont commencé à prendre leurs marques à l'Assemblée nationale. C'est le cas de Loïc Prud'homme, député France insoumise de la 3e circonscription et Eric Poulliat, député REM de la 6e circonscription. Ils se sont prêtés au jeu des questions-réponses.

Eric Poulliat (à gauche) et Loïc Prud'homme.
Eric Poulliat (à gauche) et Loïc Prud'homme. © Maxppp - Assemblée nationale

Gironde, France

France Bleu Gironde : Quel est votre nouveau rythme de vie ?

Eric Poulliat : Intense ! J'arrive à Paris le lundi, et j'en repars généralement le jeudi soir ou le vendredi. Ce n'est pas forcément l'image que l'on a du parlementaire qui arrive le mardi et qui repart le mercredi soir. C'est une vie loin des siens et de sa circonscription.

Loïc Prud'homme : On a des séances qui peuvent durer jusqu'à très tard, comme une récemment jusqu'à 1 h 20 du matin. Et quand on reprend le lendemain il faut bien avoir quelques heures de sommeil, parfois rares. J'ai depuis quelques jours un bureau avec une couchette, un petit strapontin pour pouvoir dormir sur place.

France Bleu Gironde : Vous apprenez les rouages de la fabrication des lois, comment vous l'appréhendez ?

E.P : C'est complexe et en plus j'ai une formation accélérée puisque je suis à la commission des Lois ! Je travaille au quotidien avec beaucoup d'avocats dont certains ont fait du droit constitutionnel, ce qui permet d'avancer plus vite. Mais personne ne naît en sachant comment fonctionne l’Assemblée nationale.

L. P : Le travail législatif au sens littéral du terme ce sont des mécaniques anciennes, huilées, il faut se les approprier. On apprend en faisant. Chez les députés de la France insoumise (17) aucun n'avait d'expérience à l’Assemblée nationale.

France Bleu Gironde : Comment se passent les prises de parole dans l'hémicycle ?

E.P : Il y a la partie débat qui est intéressante, où tout le monde expose ses arguments. Puis la partie un peu plus formelle où les présidents de groupe prennent la parole. Je n'ai pas encore pris la parole en commission plénière, je suis plutôt du genre à débattre avec mon groupe et à essayer de comprendre les oppositions. Je me donne le temps d'appréhender mon environnement, pour essayer d'être le plus pertinent possible si je dois prendre la parole.

L. P : Dans l'hémicycle les débats sont très directs avec l'ensemble des députés, notamment lors des débats sur la réforme du code du travail. Nous en tant qu’opposition, nos prises de parole sont très attendues, on ne peut pas y aller la fleur au fusil et improviser toutes nos interventions même s'il y a des sujets que l'on maîtrise parfaitement, on essaye de faire ça avec sérieux.