Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un quart des maires ne veut pas se représenter aux élections municipales

-
Par , France Bleu

A quatre mois des élections municipales, une étude du CEVIPOF, le Centre de Recherche Politique de Sciences-Po, sortie aujourd'hui, montre que le climat politique local semble s'améliorer. Un quart des maires ne veut pas se représenter. Ils étaient près de la moitié l'an dernier.

Près de la moitié des maires veulent se représenter, un quart veut passer la main.
Près de la moitié des maires veulent se représenter, un quart veut passer la main. © Maxppp - MaxPPP

France

Les maires sont "plus combatifs" indique une étude du CEVIPOF à quatre mois des élections municipales. Si 48,7% d'entre eux souhaitent se représenter ils ne sont plus que 28,3% à souhaiter passer à autre chose. L'an dernier, près de la moitié des maires ne désiraient pas briguer un nouveau mandat. Aujourd'hui, un bon nombre d'entre eux veulent attendre avant de se décider. Et contrairement à l'an dernier, une majorité des maires considèrent que la situation de leur commune s'est améliorée depuis le début de leur mandat. Selon le Centre d’Études de la Vie Politique Française, c'est le signe que le climat la vie politique locale s'améliore .

Près d'un quart des maires sont encore dans l'incertitude. - Aucun(e)
Près d'un quart des maires sont encore dans l'incertitude. - CEVIPOF

Le Grand Débat National est passé par là, la loi proximité et engagement" sur les moyens d'actions des maires est examiné à l'Assemblée Nationale. "Les maires se sentent une responsabilité politique très forte de maintenant le lien avec leurs administrés pour éteindre, à leur façon, l'incendie social qui est né en novembre dernier" affirme Martial Foucault, le directeur du CEVIPOF.

L’État tente de se rapprocher des collectivités locales, mais le grand malaise n'est pas encore complètement dissipé. Selon Martial Foucault le clivage entre la France d'en Haut  et la France d'en bas incarnée par les maires n'est pas refermé. 

Les maires des petites communes plus fragiles

Ce sont beaucoup plus souvent les maires des communes de moins 3500 habitants qui souhaitent passer la main. Question d'âge et de nombre de mandats notamment.  Le taux d'abandon varie presque du simple au double entre ces communes et celle de plus de 30 000 habitants, Une question d'âge et de nombre de mandats mais pas seulement. Les maires des petites communes se sentent globalement moins heureux que les autres.  La conciliation entre vie personnelle et professionnelle et la fonction de maire arrive d'ailleurs en tête des motifs de non candidature. 

Plus le nombre de mandats augmente plus les maires veulent passer la main. - Aucun(e)
Plus le nombre de mandats augmente plus les maires veulent passer la main. - CEVIPOF
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu