Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Jean-Marie Darmian, opposé à la déchéance de nationalité, se met en congés du PS : "Une mesure électoraliste"

jeudi 24 décembre 2015 à 15:51 Par Yves Maugue et Thomas Biet, France Bleu Gironde et France Bleu

Jean-Marie Darmian, vice-président du Département de la Gironde et maire de Créon, annonce qu'il se "met en congé" du PS. Il ne digère pas la proposition de François Hollande sur la déchéance de nationalité. Il explique avoir longuement réfléchi.

Jean-Marie Darmian, en 2014, entre Laurent Fabius et Philippe Madrelle.
Jean-Marie Darmian, en 2014, entre Laurent Fabius et Philippe Madrelle. © Maxppp

Bordeaux, France

Le débat sur la déchéance de nationalité fait rage au sein du Parti Socialiste. En cette veille de Noël, la proposition faite par le Président de la République d'inscrire dans la Constitution la possible déchéance de nationalité pour les bi-nationaux nés en France a constitué la goutte d'eau de trop pour Jean-Marie Darmian. Le vice-président du Conseil Départemental de la Gironde et maire de Créon a décidé de se mettre "en retrait" du Parti Socialiste. Il l'annonce dans un billet publié sur son blog "Roue libre" et s''explique sur notre antenne.

"C'est une faute politique, de la tambouille"

Il dénonce une "course absurde au populisme"

Celui qui est l'un des ténors du Parti Socialiste en Gironde met un terme au moins provisoire à une aventure de 40 ans au sein du Parti Socialiste. Il s'explique ainsi : "Petit-fils et fils d’immigrés je ne supporte pas que l’on mette en cause un tant soit peu le droit du sol sans lequel ma famille m’aurait jamais pu construire ce que je suis devenu, sans lequel je ne serais jamais…socialiste. Tant que cette proposition émanant d’un Président et d’un gouvernement se réclamant d’idées humanistes ne sera pas rapportée je suspends mes 40 ans d’appartenance au PS. Et si cette mesure est adoptée, ce serait la fin du chemin pour moi et j’en tirerai les conséquences. Je sais que ça ne bouleversera pas les équilibres politiques et que personne à Paris ne s’en émouvra mais au moins je me regarderai dans la glace en me rasant".

Jean-Marie Darmian a des mots assez durs envers les socialistes qui dirigent le pays. "Je me retire pour me contenter de soutenir les proches qui me font encore confiance dans le quotidien. Je ne supporte plus cette course nationale absurde aux populisme facile au non de la rentabilité électorale. J’abandonne le champ de bataille. Je choisis d’être indépendant et ne plus avoir de comptes à rendre personne".

La députée Michèle Delaunay respecte la décision de Jean-Marie Darmian mais appelle à traiter le sujet sur le fond.

"Il savoir débattre sur la profondeur, pas dans l'événementiel"

Même avis pour le  responsable des socialistes en Gironde, Thierry Trijoulet, pour qui cette décision est contre-productive.

"A simplifier les choses, on fait aussi le jeu du FN"

►►► A lire aussi : Le point sur les annonces de Manuel Valls

►►► A lire aussi : Emmanuelli favorable à la déchéance de nationalité pour les exilés fiscaux