Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Un texte inutile" : Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, ne votera pas la loi sécurité globale

-
Par , , France Bleu Orléans

Elle n'est pas d'accord avec ce texte défendu par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin : Caroline Janvier annonce qu'elle ne votera pas pour la loi "sécurité globale", ce mardi à l'Assemblée nationale. Pour la députée La République En Marche du Loiret, l'article 24 est "inutile".

Caroline Janvier, députée La République en Marche du Loiret
Caroline Janvier, députée La République en Marche du Loiret © Radio France - Marine Protais

C'est un texte très controversé qui va être mis au vote ce mardi après-midi à l'Assemblée nationale : la loi "sécurité globale", qui prévoit de renforcer la surveillance et les contrôles lors de manifestations sur la voie publique, divise la majorité. La députée LREM du Loiret Caroline Janvier fait savoir qu'elle ne votera pas pour cette loi.

Caroline Janvier pas d'accord avec l'article 24

Ce qui coince, pour Caroline Janvier, c'est l'article 24 qui pénalise d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" des forces de l'ordre en intervention quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique". 

Face au tollé provoqué par cet article, le gouvernement a introduit un amendement, adopté vendredi dernier, qui spécifie que la mesure ne peut porter "préjudice au droit d'informer", et que l'intention malveillante contre les forces de l'ordre doit être "manifeste".

C'est un texte inutile"

"C'est un texte qui me paraît inutile. Ce qui me paraît prioritaire, c'est de renforcer les effectifs de nos forces de l'ordre, puisque il manque une cinquantaine de policiers dans le Loiret, c'est aussi d'améliorer l'équipement de nos forces de l'ordre, mais en aucun cas d'introduire un risque sur le droit d'informer et la liberté d'expression", explique Caroline Janvier. 

La députée marcheuse poursuit : "la formulation est maladroite, puisqu'on va faire d'une intention un délit pénal. Par ailleurs, ce délit peut générer soit de l'autocensure, soit de la mauvaise interprétation par les forces de l'ordre qui pourraient s'en prévaloir pour interdire à des journalistes de filmer, donc cela crée trop de risques. Et la loi actuelle permet déjà de sanctionner ceux qui diffusent l'adresse et le nom des policiers avec des intentions malveillantes".

Pas la première fois que Caroline Janvier ne vote pas un texte du gouvernement

Caroline Janvier dit ne pas encore savoir si elle votera contre cette loi, ce mardi, ou si elle s'abstiendra. Elle s'était déjà abstenue lors de la loi anti-casseurs en février 2019

Et les autres députés du Loiret ?

Le député Modem du Loiret Richard Ramos, lui aussi membre de la majorité présidentielle, indique qu'il votera contre ce texte, notamment à cause de cet article 24 dont il souhaitait la suppression. En revanche, la députée LREM Stéphanie Rist et la députée LR Marianne Dubois ont fait savoir qu'elles voteraient pour cette loi. Les députés LR Jean-Pierre Door et Claude de Ganay expliquent être encore en phase de réflexion quant à leur vote

Choix de la station

À venir dansDanssecondess