Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Une assistante parlementaire dénonce des comportements sexistes au Parlement européen

Soutenue par le député européen Edouard Martin, dont elle est l'assistante parlementaire, Jeanne Ponté compile depuis 3 ans dans un carnet les comportements sexistes qu'elle et ses collègues subissent au Parlement européen. "Un vrai problème" dénonce cette Nancéene de 27 ans.

Le parlement européen à Bruxelles
Le parlement européen à Bruxelles © Maxppp - Tatif Wostok Press

Le scandale Harvey Weintsein aux Etats-Unis délie les langues jusqu'en France. Depuis que le producteur hollywoodien est accusé de viols, agressions sexuelles et harcèlement sexuel par plus d'une vingtaine d'actrices, des femmes plus anonymes dénoncent elles aussi des expériences similaires. Une Lorraine, assistante parlementaire de l'ex-syndicaliste Edouard Martin devenu député européen, n'a pas attendu l'affaire Weinstein pour pointer du doigt des comportements sexistes. Elle compile dans un carnet depuis trois ans les comportements sexistes qu'elle et ses collègues rencontrent régulièrement au Parlement européen. Jeanne Ponté, 27 ans, originaire de Nancy, est soutenue dans sa démarche par Edouard Martin, membre de la commission des droits de la femme au Parlement européen.

Un député allemand m'a barré la route et mis la main à la taille" - Jeanne Ponté

Remarques sexistes, gestes déplacés, cette jeune assistante parlementaire à Bruxelles et Strasbourg y a été confrontée dès son entrée en fonction, il y a trois ans, lors d'une conférence : "Un député allemand m'a barré la route et mis la main à la taille, il m'a demandé si j'étais ici depuis longtemps et si je voulais boire un café avec lui. Evidemment, dans ces moments, on voudrait se mettre en colère, mais finalement on ne veut pas faire d'esclandre car on est sur son lieu de travail".

Pour Jeanne Ponté, "ces comportements sont fréquents et on en parle souvent entre assistantes parlementaires. C'est un vrai problème". Pour la jeune femme, les coupables pensent sans doute pouvoir agir en toute impunité au Parlement européen parce que c'est un lieu dont on parle peu dans les médias nationaux, un lieu un peu oublié. Son petit carnet, Jeanne Ponté continue à le remplir. Il y a malheureusement, dit-elle, toujours matière à le compléter...

Témoignage de Jeanne Ponté avec Cécile Soulé