Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Une manifestation contre l'interdiction de manifester à Périgueux

samedi 13 avril 2019 à 13:23 Par Laurence Méride, France Bleu Périgord

Ils étaient une petite centaine devant le palais de justice de Périgueux samedi matin. La FSU, des gilets jaunes ou encore la Ligue des droits de l'homme se sont rassemblés pour protester contre la loi "anticasseurs" entrée en vigueur ce mardi.

Les gilets jaunes, la ligue des droits de l'homme, la FSU et la CGT demande que la loi "anticasseurs" soit retirée
Les gilets jaunes, la ligue des droits de l'homme, la FSU et la CGT demande que la loi "anticasseurs" soit retirée © Radio France - Laurence Méride

Périgueux, France

"Nous avons la liberté aussi de penser et la liberté de nous exprimer". Franck Merlin Anglade, président de la section du Grand Périgueux de la ligue des droits de l'homme, est formel, cette loi n'a pas sa place en France.  En particulier l'article 6 qui interdit de dissimuler son visage sous peine d'une amende de 15 000 euros et d'un an d'emprisonnement. "Le gouvernement peut prendre des dispositions qui n’amoindrissent pas les liberté des gens. Le droit de manifester est un droit constitutionnel, il fait partie de la Déclaration universel des droits de l'homme. Le gouvernement agit dans la précipitation, sur un clientélisme politique. On a une majorité actuellement, En Marche, qui n'a qu'une seule voix, comme si le génie d'un seul homme, Emmanuel Macron ndlr, pouvait remplacer le génie de tout un peuple. C'est aberrant. La démocratie est grignotée chaque jour." explique Franck Merlin Anglade. 

Des violences non maîtrisées par l'Etat

Et devant le palais de justice, il n'est pas le seul à tenir ce discours. Pour Teddy Guitton, secrétaire départemental du syndicat FSU, le gouvernement aurait dû anticiper les violences en marge du mouvement des gilets jaunes, violences à l'origine de la promulgation de cette loi : "Nous ce qu'on regrette c'est que le gouvernement n'ait pas agi en amont. Pourquoi avoir laissé les violences s'installer en France ? Quand les manifestations sont encadrées que ce soit par nous organisation syndicale ou par eux, on n'a jamais de soucis. Là ils ont tout laissé venir se faire sans pouvoir contrôler." 

La démocratie est grignotée chaque jour

Le syndicaliste exige que le peuple français puisse manifester comme avant c'est-à-dire, notamment, en organisant des rassemblements citoyens spontanés ce qu'interdit la loi "anticasseurs". 

L'article 3 de la loi avait également été épinglé par la ligue des droits de l'homme. Mais le Conseil constitutionnel a refusé de le valider. Il donnait le pouvoir à l'autorité administrative le pouvoir d'interdire de manifestations toute personne présentant une "menace d'une particulière gravité pour l'ordre public".