Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une mobilisation nationaliste pour accueillir Emmanuel Macron en Corse ?

Ce week-end Femu a Corsica a lancé un appel à la mobilisation avant la venue du Président de la République dans l’île. Un appel qui s'adresse entre autres à ses partenaires de la majorité territoriale, n'écartant pas la possibilité d'une manifestation.

Mobilisation dans les rues d'Ajaccio en février 2018, à l'appel des dirigeants nationalistes, trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse.
Mobilisation dans les rues d'Ajaccio en février 2018, à l'appel des dirigeants nationalistes, trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse. © Radio France - France Bleu RCFM

Y aura-t-il une mobilisation des forces nationalistes avant la venue d'Emmanuel Macron, le 4 avril à Cozzano ? Descendre dans la rue pour manifester ou pas, les nationalistes sont prêts à se mobiliser avant la venue du Président dans le Taravu.

Una chjama 

Femu a Corsica a lancé un appel à la mobilisation ce week-end. « Le président de la République, a déclaré son chef de file, Jean-Félix Acquaviva, ne peut venir en Corse uniquement pour une parodie de consultation, pour faire son show ». « Il faut adopter une position commune, estime Éric Simoni pour Corsica Libera. Il faut, dit-il, faire entendre la voix du peuple corse ». Même tonalité dans les propos de Jean-Christophe Angelini.

« Il faut en décider ensemble », insiste le secrétaire national du PNC, pour qui il faut sans doute réfléchir à d'autres modalités de mobilisation qu'une manifestation de type traditionnel comme il y a 13 mois avant la première visite du chef de l’État. « Indépendamment de l’appel des uns et des autres nous pensons opportun pour ne pas dire indispensable d’être unis dans une même démarche à l’endroit de l’État et notamment au moment de la venue d’Emmanuel Macron dans l’île. Peu importe les chemins, nous verrons ensemble et le plus tôt possible ce qu’il convient de faire. Il _ne faut pas se limiter à une mobilisation habituelle comme une manifestation_. Tout ceci relève d’un débat unitaire. Nous pensons que l’ensemble de l’île doit se faire entendre. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess