Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Une présidence inattendue pour la communauté d'agglomération de Montargis

-
Par , France Bleu Orléans

Benoît Digeon, le maire LR de Montargis, ne sera pas président de l'Agglo : les élus communautaires lui ont préféré Jean-Paul Billault, le très discret maire de la petite commune de Solterre. "Un changement de paradigme", se félicite Gérard Dupaty, le maire d'Amilly.

La politique n'est pas un long fleuve tranquille à l'Agglomération de Montargis
La politique n'est pas un long fleuve tranquille à l'Agglomération de Montargis © Radio France - François Géuroult

Une nouvelle page va s'écrire à l'Agglo de Montargis. Jeudi soir (9 juillet), à la surprise générale, Jean-Paul Billault a été élu président de la communauté d'Agglomération montargoise et Rives du Loing. Le maire sans étiquette de la petite commune de Solterre, à peine 500 habitants, a battu Benoît Digeon, le maire LR de Montargis : 25 voix contre 24, au troisième tour de scrutin.

"Certains n'ont pas tenu leur parole"

Benoît Digeon ne cache pas une certaine amertume : "J'ai longtemps été dans les affaires économiques (en tant que dirigeant de la Maison de la Prasline Mazet) où la parole est d'or. Il faut croire que ce n'est pas le cas en politique car en l'occurrence, certains n'ont pas tenu leur parole, réagit-il. C'est très malheureux, parce qu'on va perdre beaucoup pour la dynamique et l'impulsion : le temps que le nouveau président, qui est inexpérimenté, se mette en route..."

Faut-il y voir une logique de "dégagisme", voire une sanction après les soucis judiciaires de Frank Supplisson, l'ancien président de l'Agglo de Montargis, visé par une enquête préliminaire pour des soupçons de prise illégale d'intérêt et de détournement de fonds publics ? "Franchement, je ne pense pas que ce soit lié, répond Benoît Digeon, car Frank Supplisson a fait un très bon travail à l'Agglo. On verra le résultat de l'enquête en cours, mais ce n'est pas ça qui explique le vote de jeudi soir. Cela traduit plutôt le ressentiment des petites communes contre les grandes."

Sans lien avec le contexte Frank Supplisson

Une version que confirme Gérard Dupaty, maire divers droite d'Amilly, 1er vice-président de l'Agglo de Montargis, et qui a soutenu la candidature de Jean-Paul Billault. "Le contexte lié à M. Supplisson n'a rien à voir, assure-t-il. C'est vraiment un changement de paradigme qui a prévalu : on avait l'habitude que ce soit la ville de Montargis qui tienne l'Agglomération, on va retrouver d'autres équilibres. Il faut parfois du changement, nous en avons besoin sur le plan économique, sur le plan de la santé, sur le plan touristique aussi - il y a des atouts dans le Montargois qui ne sont pas suffisamment mis en valeur. J'espère que les "perdants" de jeudi, entre guillemets, participeront à cette évolution, qui doit être l'affaire de tous."

Quant à Jean-Paul Billault, le nouveau président de l'Agglo de Montargis, il est resté injoignable ce vendredi, au lendemain de sa surprenante élection. Agé de 65 ans, il a entamé en mai dernier un 3ème mandat comme maire de Solterre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess