Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Une quarantaine de militants socialistes abandonnent le PS dans le Territoire de Belfort

jeudi 12 avril 2018 à 19:11 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une quarantaine de militants socialistes du Territoire de Belfort annoncent ce jeudi quitter le parti. Ils accusent Maude Clavequin, première fédérale du parti de fraude électorale, d'avoir transforme le parti en "coquille vide", et d'être macro-compatible".

Certains militants démissionnaires étaient adhérents depuis 1970
Certains militants démissionnaires étaient adhérents depuis 1970 © Radio France - Wassilla Guittoune

Belfort, France

Environ 40 militants socialistes du Territoire de Belfort ont présenté leur démission du Parti socialiste ce jeudi. Dans un courrier que s'est procuré France Bleu Belfort Montbéliard, et adressé à Olivier Faure, premier secrétaire national, ces militants expliquent que leur décision a été "longuement débattue" et qu'elle est "motivée par des dysfonctionnements majeurs" de la fédération du Territoire de Belfort. Ils accusent en effet la première fédérale du parti dans le département d'avoir fraudé lors de son élection à la tête de la fédération le 29 mars dernier. Ils lui reprochent également ses méthodes de travail jugés "anti-démocratiques" ainsi que son positionnement politique : trop proche d'Emmanuel Macron. 

Les méthodes du parti jugés anti-démocratiques

"La fédération socialiste du Territoire de Belfort est devenu une coquille vide qui ne pense plus, ne travaille plus" dénonce Samia Jabert, élue d’opposition à la mairie de Belfort, qui claque la porte du PS. Avec une quarantaine de militants, elle reproche à la première fédérale du PS dans le département, Maude Clavequin de ne pas écouter les militants sur le terrain. "Elle prend toutes les décisions seule, sans concertation, sans débats il n’y a plus d’échanges, plus de climat de confiance" poursuit Samia Jabert. 

Le parti socialiste du Territoire de Belfort avec Emmanuel Macron?

Les militants démissionnaires parlent également d’une dérive idéologique de la première fédérale Maude Clavequin, désormais acquise à la cause d’Emmanuel Macron : « Pendant la présidentielle, elle nous a expliqué qu’il fallait laisser sa chance à Emmanuel Macron, l’aider à réussir. Aujourd’hui, il y a même des discussions en cours en vue d’une future alliance pour les municipales » s’agace Samia Jabert.

Le parti vire à droite, et cette dérive a été mortifère

Les militants dénoncent la dérive du parti socialiste de manière générale : Jean-Claude, adhérant au PS depuis 1970 explique que « Cela fait un moment que je me posais la question de rester au parti Socialiste. Le parti vire à droite et cette dérive à droite a été mortifère. Il y a une forte tendance à soutenir Emmanuel Macron, rien n’est dit de manière claire bien sûr : c’est sous-jacent, et je ne le supporte plus ». Gérard, militant depuis 2012 estime lui aussi que le parti n’a « plus d’idées, plus de réflexions, plus de débats.  Le parti socialiste fait sa petite popote, derrière Macron. Je ne crois pas que le Parti Socialiste va renaître de ses cendres ».

La patronne du parti socialiste dans le Territoire de Belfort accusée de fraude électorale

Le 29 mars dernier, les militants socialistes ont été appelés à voter pour élire leur première fédérale du parti dans le Territoire de Belfort : Maude Clavequin, première fédérale sortante, a été réélue à 55 voix, contre 51 voix pour son opposante Myriam Roy. La quarantaine de militants mettent en cause la légitimité de ce scrutin : « Un certain nombre d’irrégularités ont été observées » explique Myriam Roy, candidate malheureuse. Par exemple, un adhérent du Territoire de Belfort était sur Paris au moment du vote. Or il a voté à Solférino, ce qui est interdit. Deux élus, qui ne sont pas à jour de leur cotisation, ont été autorisés à voter. C’est complètement illégal. Il y a eu fraude pendant ces élections. » Ces éléments ont été portés à la connaissance de Solférino ajoutent les militants démissionnaires, mais « la commission nationale n’a pas jugé bon de rétablir la justice en couvrant les méthodes d’un autre âge » explique Samia Jabert, élue d’opposition à la ville de Belfort et désormais future ex-socialiste.

La réponse de Maude Clavequin

« On a affaire à des problèmes d’ego, et à des mauvais perdants » répond la première fédérale du PS dans le Territoire de Belfort Maude Clavequin, affirmant que les accusations des militants « sont extrêmement graves. J’envisage de porter plainte pour diffamation » Selon Maude Clavequin : « Il y a eu un vote parfaitement démocratique, ils n’ont pas accepté de perdre cette élection. C’est extrêmement dommageable et lamentable d’utiliser ces propos diffamatoires pour justifier leurs départs ». 

Je ne suis pas macron-compatible

La première fédérale estime injuste les critiques la décrivant comme anti-démocratique : « Toutes les personnes qui me connaissent savent comment je fonctionne, je suis quelqu’un de très collaboratif, je crois beaucoup en cela, on n’avance ni dans les programmes, ni dans les actions publiques que l’on mène, si on n’est pas dans le débat démocratique, c’est intrinsèquement lié à mon action politique ». Maud Clavequin ajoute ne pas « être macro-compatible » comme le dénoncent les militants démissionnaires. « Nous avons en France de nombreux défis à relever. Aujourd’hui au bout de quelques mois d’exercice, on voit que le choix de gouvernement est clairement à droite. Le parti socialiste prend ses responsabilités en étant dans une opposition à la fois claire et intelligente. Il y a des éléments que l’on partage : je pense à la question du droit des femmes ».

La fédération du parti socialiste dans le Territoire de Belfort compte une centaine d'adhérents selon les militants démissionnaires, 200 selon Maude Clavequin, première fédérale du PS du département.