Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Valérie Pécresse : les bandes d'arrêt d'urgence de l'A12 et de l'A3 réservées aux bus, taxis et VTC puis au covoiturage

lundi 3 septembre 2018 à 8:34 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Valérie Pécresse était l'invitée de France Bleu Paris ce lundi matin. La présidente de la région Ile-de-France a beaucoup parlé des transports. Elle a indiqué que les bandes d'arrêt d'urgence de l'A12 et de l'A3 seraient réservées aux bus, taxis et VTC puis au covoiturage.

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse © Radio France - Martine Bréson

Paris, Île-de-France, France

Valérie Pécresse a fait sa rentrée sur France Bleu Paris. Elle était l'invitée de Noé da Silva et elle a répondu en direct aux questions des auditeurs. Regardez l'intégralité de son interview à la fin de cet article.

Elle a bien sûr, pour ce premier jour de rentrée scolaire, fait le point sur les nouveaux lycées de la région. 

Elle a aussi beaucoup parlé des transports. Elle a annoncé qu'un chèque de 25 euros allait être envoyé aux voyageurs pénalisés par les dernières grèves SNCF. 

Elle a indiqué qu'elle voulait doubler le nombre de toilettes dans les stations de métro mais qu'elle n'en voulait pas dans les trains. 

Elle a annoncé que les bandes d'arrêt d'urgence de l'A12 en septembre 2018 et de l'A3 en décembre 2018 pourront être utilisées dans un premier temps par les bus, taxis et VTC et ensuite par ceux qui font du covoiturage et qui sont au moins deux dans le véhicule. 

Valérie Pécresse a indiqué que le financement du transport scolaire des jeunes en situation de handicap avait été élargi aux étudiants et aux apprentis.

La présidente de la région a aussi répondu aux questions des auditeurs de France Bleu Paris sur la base de loisirs de Romainville et le projet EuropaCity, l'amélioration des transports en Seine-et-Marne, le prix des transports pour les retraités et les décharges sauvages. 

Les grands dossiers de Valérie Pécresse

Les lycées

La région a en charge 465 lycées. "Notre objectif c'est neuf lycées internationaux en Ile-de-France, trois nouveaux lycées qui vont ouvrir d'ici 2022". Elle veut offrir un enseignement de qualité à tous les Franciliens et "on va aussi ouvrir cette année 50 sections internationales dans les lycées et notre objectif c'est 90 sections internationales d'ici 2022. Dans ces sections nous expérimentons plus de cours en anglais (50%)". 

"J'ai mis cinq milliards d'euros sur la table pour les lycées, ...7.000 places nouvelles sont déjà en chantier".

Les transports 

"Près de 230.000 voyageurs qui étaient  sur les lignes les plus sinistrées, la ligne R, la ligne P et d'autres branches très impactées, dans le Val-d'Oise par exemple, vont recevoir un chèque de 25 euros de dédommagement supplémentaire, un chèque d'Ile-de-France Mobilité pour tenir compte vraiment du fait qu'ils n'ont quasiment pas eu de transports pendant ces mois de grève".

La gratuité des transports en commun

Valérie Pécresse indique avoir lancé une mission de réflexion. "Moi, philosophiquement, je ne suis pas favorable à la gratuité des services publics. Quand c'est tout gratuit, on a tendance à dégrader les choses. Les transports en Ile-de-France, c'est 10 milliards d'euros de coût par an et seuls trois milliards sont payés par les voyageurs. Qui va payer ces trois milliards ? On ne va pas créer une nouvelle taxe ! Je ne veux pas que ce soit un jeu de dupe".

La circulation automobile

"Moi je ne suis pas anti-voiture" dit Valérie Pécresse mais elle veut donner envie aux Franciliens d'utiliser les transports en commun. Elle veut que les transports soient "confortables, qu'ils soient à l'heure et qu'ils soient propres". Elle a indiqué qu'elle lançait pour cette rentrée, un grand Plan propreté dans le métro.  "Je veux des toilettes dans le métro... Il faut au moins doubler les toilettes dans le métro pour que les voyageurs soient un peu moins indisposés quand ils le prennent".

Le covoiturage

"Nous allons prendre la bande d'arrêt d'urgence de l'A12 entre Rocquencourt et Saint-Quentin-en-Yvelines pour laisser passer des bus, des taxis et des VTC et on fera la même chose en décembre sur l'A3 pour plus de fluidité et moins d'embouteillages. L'étape d'après, c'est de réserver ces voies d'arrêt d'urgence au covoiturage, c'est à dire des voitures où il y aurait deux personnes au moins, pour arrêter l'auto-solisme. En Ile-de-France aujourd'hui il y a en moyenne 1,1 passager par voiture. Nous sommes en train de tester sur l'A86 des caméras qui reconnaissent s'il y a 2 personnes dans la voiture".

L’accessibilité des transports en commun

Valérie Pécresse indique que la Région va mettre "1,4 milliard d'euros sur la table pour rendre tout le réseau accessible... notre objectif en 2024 c'est 60% du réseau accessible".

Le transport scolaire des jeunes en situation de handicap : Valérie Pécresse a décidé de l'élargir aux étudiants et aux apprentis "ce qui fait qu'aujourd'hui Ile-de-France Mobilité finance gratuitement, porte à porte, le transport des étudiants en situation de handicap".

Les toilettes qui ont été retirées dans les nouveaux trains

Les toilettes sur la ligne R avaient été fermées parce qu'elles étaient "dégueulasses" et il y avait eu "20 départs de feu dans ces toilettes... C'est un problème d'incivilité". C'est pour ça que la décision de ne pas mettre de toilettes dans les nouveaux trains a été prise, indique la présidente de la Région. Elle a rappelé qu'il y avait un grand projet de toilettes dans les gares. "J'ai donné les moyens à la RATP et à la SNCF de recruter 700 personnes de plus pour assurer la sécurité dans les trains".

Sur la question des toxicomanes dans le nord de Paris qui amènent de l'insécurité dans les transports Valérie Pécresse demande la création de structures de désintoxication qui n'existent pas en Ile-de-France. "Il ne faut pas juste une intervention policière, il faut aussi une intervention sanitaire sinon le problème se reproduira".

Politique : Valérie Pécresse et son mouvement "Libre !"

"Moi j'ai deux jambes : une jambe dans l'action à la Région et puis il y a aussi ce que je dois à mon pays, c'est un regard sur la politique nationale. Je n'ai plus de patron moi aujourd'hui, j'ai une famille politique mais dans ma famille politique je peux être en divergence de sensibilité avec le président de ma famille politique et je peux avoir des idées personnelles à affirmer... Ma région c'est mon laboratoire".

Valérie Pecresse répond aux questions des auditeurs

Maya, 13 ans, interroge la présidente de la Région sur la base de loisirs de Romainville : "La Corniche des Forts est un projet écologique et populaire. Aujourd'hui, ce sont des carrières avec des risques d'effondrements. La Région va reprendre le projet avec la mairie de Romainville, défricher, aménager pour permettre aux habitants de Seine-Saint-Denis de se promener et redécouvrir cette Corniche des Forts". Elle indique que le site était interdit depuis 50 ans à la promenade. "Oui on va défricher mais on va rouvrir huit hectares à la promenade... l'objectif de ce défrichage c'est de revégétaliser"

Le projet EuropaCity : "On ne peut pas être contre un projet qui amènerait des milliers d'emplois et des milliards d'investissements sur le territoire de Gonesse où nous avons un tel problème de chômage". Elle indique qu'il faudra auparavant régler le problème des transports, de la pollution et de la préservation du commerce de proximité.

Claude sur l'amélioration des transports en Seine-et-Marne : "Sur la ligne R, nous avons mis 500 millions d'euros de trains neufs qui vont rouler. On a changé complètement les trains. Sur la ligne P, les travaux d'électrification ont commencé et la région va être obligée de faire l'avance de fond à l'Etat qui ne veut pas payer. On va payer 40 millions d'euros supplémentaires pour que les travaux avancent".

René sur les décharges sauvages : "J'ai mis en place le Fond propreté que j'avais promis de mettre en place. C'est une aide donnée aux communes pour nettoyer les dépôts sauvages... Il était d'un million d'euros en 2016, on en est à quatre millions aujourd'hui". Elle estime qu'on n'est pas assez dur dans le volet répression. Sur la possible gratuité des déchetteries, elle pense que "ce n'est pas le sujet".

Myriam à Aubergenville sur le prix des transports pour les retraités : "Il faut qu'on y réfléchisse. C'est de la compétence des départements". La présidente de la Région réfléchit pour voir si Ile-de-France Mobilité ne pourrait pas "reprendre la compétence sur les tarifs retraités".

Regardez l'intégralité de l'interview de Valérie Pécresse