Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vendée : le maire d'Aizenay prend sa retraite après 34 ans de mandat

jeudi 31 août 2017 à 5:00 Par Fiona Moghaddam, France Bleu Loire Océan

C'est une décision "parfaitement mûrie" : Bernard Perrin, maire d'Aizenay depuis 1983, a décidé de prendre sa retraite ce 31 août.

Le maire d'Aizenay (Vendée) prend sa retraite ce 31 août, après 34 années passées à la tête de la commune.
Le maire d'Aizenay (Vendée) prend sa retraite ce 31 août, après 34 années passées à la tête de la commune. © Radio France - Fiona Moghaddam

Aizenay, France

Il était aux commandes de la ville depuis 1983 : Bernard Perrin, 70 ans, a décidé de quitter ses fonctions de maire ce 31 août 2017. Une décision "parfaitement mûrie" selon lui, Bernard Perrin avait en effet annoncé dès le début de son sixième mandat en 2014 qu'il n'irait sans doute pas à son terme.

Mais il a souhaité poursuivre jusque-là pour mener à bien, dit-il, son projet de lycée à Aizenay. Un dossier "important", qui est maintenant "parfaitement ancré" selon le maire. "Les terrains sont acquis, l'architecte définitif va être nommé le 18 janvier prochain" et le lycée devrait ouvrir à la rentrée 2020, ce qui permet à Bernard Perrin de quitter ses fonctions "tranquillisé sur ce plan-là".

34 années marquées économiquement

La petite commune d'Aizenay, qui compte aujourd'hui plus de 9 000 habitants, a bien changé en 34 ans. Elle est passée de "grande commune rurale" à "petite ville", aime rappeler Bernard Perrin. Mais ses mandats ont aussi été marqués par des moments difficiles, comme les fermetures d'usines.

Aizenay a souffert économiquement, avec la fermeture d'une première entreprise de 800 personnes, la Sivem, puis la fin de Brandt chez nous qui a eu plus de 500 emplois. C'était des combats difficiles.

Le maire estime aujourd'hui avoir franchi les obstacles économiques et a"le sentiment de laisser une commune en développement". Bernard Perrin préfère d'ailleurs se remémorer les beaux moments passés avec ses administrés. C'est avec beaucoup d'émotion qu'il se souvient de leur visage, leur sourire, des joies partagées lors de l'annonce de bonnes nouvelles comme celle de la création du collège ou très récemment du lycée.

Pour les Agézinates, c'est aussi une page qui se tourne. Certains n'ont jamais connu d'autre maire que Bernard Perrin. "Il a fait beaucoup, la ville il l'a agrémentée, il a créé des emplois, des espaces verts, des lotissements", témoigne un habitant. Une autre estime, "qu'il ne sera pas évident de le remplacer". Pour l'une des commerçantes du centre-ville, un nouveau maire, plus jeune, permettra peut-être de "dynamiser davantage" la commune.

Et maintenant ?

Bernard Perrin ne sait pas. Consacrer du temps à sa famille, peut-être aussi à ce qu'il n'a pas pu faire durant sa carrière de maire, comme l'écriture. Il conclut avec humour, "je ne suis pas inquiet. À la maison, mon épouse m'a prévu du travail pour les 32 ans et demi qui viennent !"