Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vendée : mais où sont passés les électeurs de droite aux européennes ?

-
Par , France Bleu Loire Océan

La droite s'est effondrée aux élections européennes, et pour une fois, elle ne résiste pas beaucoup plus qu'ailleurs en Vendée, avec 10,09% des voix et une quatrième position peu habituelle pour elle dans le département. Le bon score de La REM, en revanche, aiguise les appétits.

Des panneaux électoraux pour les européennes.
Des panneaux électoraux pour les européennes. © Maxppp - Richard MOUILLAUD

Vendée, France

"Je reconnais qu'aujourd'hui, nous n'avons pas à pavoiser", reconnaît Alain Leboeuf, vice-président Les Républicains du département de Vendée. La droite n'a récolté que 10,09% des voix aux élections européennes dimanche en Vendée. Certes un peu mieux que le score national de 8,48%, mais Les Républicains sont en quatrième position dans un département où ils ont toujours de très bons résultats. 

Nous avons eu ces derniers mois des messages tellement distincts qu'il va nous falloir nous réunir, et il nous manque un vrai projet. Les Républicains tels qu'ils existent aujourd'hui ont peut-être vécu" - Alain Leboeuf

Ancien député LR de Vendée, balayé par La République en Marche aux dernières élections législatives, Alain Leboeuf se veut "très prudent" sur l'électorat vendéen. Il considère le score de dimanche comme un appel à "l'humilité", même si ça "reste un scrutin européen qui s'est beaucoup polarisé sur un choix pour ou contre la politique pro-européenne du président de la République"

Luc Bouard "pas vraiment surpris"

Pas facile de joindre des maires LR ce lundi en Vendée, exception faite du maire de La Roche-sur-Yon Luc Bouard, élu sans étiquette mais avec beaucoup de candidats de droite sur sa liste, et qui s'est rapproché de La REM ces derniers mois. Lui assure qu'il n'est "pas vraiment" surpris par l'effondrement des Républicains en Vendée. "On s'y attendait déjà depuis quelques semaines", assure Luc Bouard : "Moi la famille dans laquelle j'ai adhéré en 1995 pour soutenir Jacques Chirac ne se retrouve pas chez LR aujourd'hui"

Je pense qu'un certain nombre de gens de droite sont tristes de ce qui se passe chez LR, et qui ont été séduits par les actions du président de la République"
- Luc Bouard

De là à demander l'investiture La REM pour les municipales de 2020 ? "On n'en est pas encore là", répond le maire de La Roche-sur-Yon. Le score de La République en Marche en tout cas n'a pas laissé indifférent. Le parti de la majorité est en tête en Vendée avec 26,8% des voix, loin devant le Rassemblement national à 21,31%. 

Le score de La REM aiguise les appétits

Même des fiefs comme Les Sables-d'Olonne ou Saint-Gilles-Croix-de-Vie placent La REM, le RN et EELV avant la droite traditionnelle. "L’électorat des Sables d’Olonne connaît, depuis la présidentielle, une évolution indiscutable", écrit dans un communiqué Brigitte Tesson, ex-première adjointe de Didier Gallot avant la fusion des trois communes, qui a rejoint le parti AGIR allié à La REM et dont le chef de file est le ministre de la Culture, Franck Riester, qui a quitté Les Républicains en 2017. 

Les prochaines élections municipales vont être passionnantes et formidablement ouvertes"
- Brigitte Tesson

"Le parti Les Républicains, qui est celui de l’actuel maire des Sables, est constamment en baisse. Les électeurs de la droite humaniste, européenne, libérale et sociale se tournent, scrutin après scrutin, vers une droite et un centre plus modernes", écrit Brigitte Tesson. "J’ignore encore le rôle qui sera le mien. Je sais en revanche que, dans le cadre d’un large rassemblement, je ne resterai pas inerte". C'est dit

Choix de la station

France Bleu