Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vers de nouvelles élections municipales à Rive-de-Gier ?

lundi 30 avril 2018 à 21:04 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les Ripagériens pourraient bientôt être appelés aux urnes : la quinzaine d'élus de la majorité qui demandent le départ de Jean-Claude Charvin planche sur sa démission. Une démission qui déclencherait automatiquement de nouvelles élections.

La quinzaine d'élus de la majorité qui souhaitent le départ de Jean-Claude Charvin étudient la question d'une démission collective, pour provoquer de nouvelles élections.
La quinzaine d'élus de la majorité qui souhaitent le départ de Jean-Claude Charvin étudient la question d'une démission collective, pour provoquer de nouvelles élections. © Radio France - Noémie Philippot

Rive-de-Gier, France

Si le maire ne veut pas partir tout seul, obligeons le à s'en aller.  C'est ce qui trotte dans la tête de la quinzaine d'élus de la majorité qui demandent la démission de Jean-Claude Charvin à Rive-de-Gier. Pour le maire, hors de question de quitter son mandat plus tôt que prévu, alors les frondeurs planchent sérieusement sur leur propre démission. 

Démissionner pour déclencher des élections

Leur démission collective pourrait forcer le maire à remettre son siège en jeu. Le départ de 15 élus déclencherait automatiquement de nouvelles élections, d'une part parce que Jean-Claude Charvin n'aurait plus assez de remplaçants. Il a été élu avec une liste de 33 personnes en 2014. 23 siègent déjà à la mairie : avec un départ massif, il n'y aurait plus personne pour remplir les chaises vides.  

D'autre part, les frondeurs représentent à eux seuls près de la moitié du conseil municipal. Il suffit qu'un tiers des postes soient inoccupés pour déclencher un renouvellement du conseil. Reste la question du calendrier : soit les élus opposés à Jean-Claude Charvin démissionnent rapidement, pour un vote avant à l'été, soit ils devront composer encore pendant plusieurs mois avec le maire qu'ils avaient soutenu en 2014. 

Il a toujours été ainsi, Jean-Claude Charvin. Quelqu'un d'autoritaire, et en même temps d'assez dilettante dans la gestion des dossiers de la ville." Vincent Bony, élu d'opposition à la mairie de Rive-de-Gier. 

Pour Vincent Bony, élu d'opposition, c'est aux élus de la majorité de prendre leurs responsabilités : "Ils le connaissent, ils ne découvrent pas les choses. Il a toujours été ainsi, Jean-Claude Charvin. Quelqu'un d'autoritaire, et en même temps d'assez dilettante dans la gestion des dossiers de la ville." Et d'ajouter : "Ce n'est pas sérieux, la ville de Rive-de-Gier mérite une autre gestion, et simplement de respecter l'intérêt général. Il leur appartient maintenant de sortir de l'impasse et de tourner la page." 

Vincent Bony, élu d'opposition à la mairie de Rive-de-Gier.