Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vers un service national universel d'une semaine en internat

jeudi 19 avril 2018 à 18:12 Par Thibault Maisonneuve et Corrine Blotin, France Bleu Provence

Le groupe de travail chargé par Emmanuel Macron de réfléchir au futur service national universel semble privilégier un parcours en trois temps autour d'une semaine obligatoire en internat. Florence Parly, ministre des Armées est l'invitée de France Bleu Provence ce vendredi à 7h10.

Vers une formule allégée du service national universel ? (photo d'illustration)
Vers une formule allégée du service national universel ? (photo d'illustration) © Maxppp -

Marseille, France

C'est bien la piste d'une semaine en internat qui semble être retenue par le groupe de travail nommé par l'Elysée  et chargé de remettre au gouvernement un rapport sur le service national obligatoire. 

Un service en trois temps

Selon le journal L'Opinion, cette semaine en internat "rassemblant des jeunes d'une même classe d'âge" serait précédée dans les collèges et lycées d'"un enseignement de défense" et suivie d'un "engagement" plus long et sous la base du volontariat, de type service civique ou réserve militaire. 

L'encadrement de 600.000 jeunes par an

Mercredi, les sénateurs Jean-Marie Bockel (Union centriste - Haut-Rhin) et Jean-Marc Todeschini (PS, Moselle) et Christian Cambon (LR, Val de Marne), membres de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, ont évoqué "_les nombreuses difficultés matérielles, financières et juridique_s" que soulève ce projet, qui devra notamment prévoir l'hébergement et l'encadrement de quelque 600.000 jeunes par an.   

En février, le chef de l'État s'était lui prononcé en faveur d'un service national "obligatoire" d'une durée de "trois à six mois".

La facture, évaluée à deux ou trois milliards d'euros par an initialement par le candidat Macron, variera de "un à dix", souligne-t-on au ministère des Armées.

Florence Parly, ministre des Armées est l'invitée de France Bleu Provence ce vendredi à 7h10.