Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"On veut nous faire taire" selon le président du Rassemblement National en Indre-et-Loire

mardi 10 juillet 2018 à 11:47 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Suite à la saisie d'une subvention publique de 2 millions d'euros destinée au Rassemblement National (ex FN) dans le cadre de l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés, le porte-parole du parti en Indre-et-Loire réagit. Il parle d'un opération menée par des juges politisés.

Daniel Fraczak du RN 37 parle d'une décision de juges politisés
Daniel Fraczak du RN 37 parle d'une décision de juges politisés © Maxppp - Michel Clémentz/L'Indépendant

Indre-et-Loire, France

Les juges d'instruction financiers parisiens ont retenu, dans le cadre de l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés FN, 2 millions d'euros de subvention publique qui devaient être versés  lundi au Rassemblement national (RN, ex-FN).  Dans une ordonnance datée du 28 juin, les juges d'instruction "ont ordonné la saisie pénale d'une somme destinée au Front national au titre de l'aide publique apportée aux partis pour un montant de deux millions d'euros".  

En confisquant notre dotation publique sans jugement sur cette pseudo affaire des assistants, les juges d'instruction nous appliquent la peine de mort +à titre conservatoire - La présidente du RN, Marine Le Pen 

11 personnes ou entités sont mises en examen à ce jour dans l'affaire des assistants présumés fictifs d'eurodéputés. Le FN en tant que personne morale et neuf assistants ou eurodéputés, dont Marine Le Pen et le député des Pyrénées orientales Louis Aliot, sont poursuivis, mais aussi l'eurodéputé Nicolas Bay, vice-président du Rassemblement national.

On veut nous asphyxier - Daniel Fraczak du RN 37

Le délégué départemental du Rassemblement National  en Touraine (ex FN37) s'exprime lui aussi sur l'affaire. Daniel Frakzak dénonce une action pour "asphyxier financièrement le Rassemblement National". Il poursuit : "ce coup de force est manifestement destiné à nous faire taire".  Le conseiller régional s'interroge : la France est-elle encore une démocratie ? _Il parle de juges politisés, qui ont pris cette décision sans aucune condamnation d'un tribunal._Il confirme lui aussi l'appel au don aux militants, lancé par Marine Le Pen. Le RN 37 tiendra une conférence de presse sur cette affaire jeudi soir.