Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Victor Habert-Dassault officiellement investi par les Républicains pour la succession de son oncle

-
Par , France Bleu Picardie

La commission nationale d'investiture des Républicains s'est réunie ce mercredi 24 mars. Le parti du député Olivier Dassault, décédé le 7 mars a donné son soutien officiel à son neveu, Victor Habert-Dassault, jeune avocat de 28 ans, ce qui ne fait pas l'unanimité à droite.

Les Républicains donnent leur investiture ce mercredi pour les élections législatives partielles de l'Oise et la succession d'Olivier Dassault, décédé le 7 mars dans un accident d'hélicoptère.
Les Républicains donnent leur investiture ce mercredi pour les élections législatives partielles de l'Oise et la succession d'Olivier Dassault, décédé le 7 mars dans un accident d'hélicoptère. © Maxppp - Vincent Isore

Ils ne se sont pas bousculés chez les Républicains pour candidater et pourtant il y avait plusieurs élus potentiels. Mais l'ombre de la famille Dassault pèse si lourd dans l'histoire politique de l'Oise, que personne n'ose se présenter face à Victor Habert-Dassault, seul candidat déclaré à la succession de son oncle chez LR. France Bleu Picardie a interrogé plusieurs candidats potentiels. Tous cèdent leur place chez les Républicains et plus largement à droite. La commission d'investiture qui se tenait ce mercredi 24 mars au siège des Républicains a donc logiquement apporté son soutien au neveu d'Olivier Dassault. Seule inconnue, la candidature du divers droite Olivier Paccaud, sénateur de l'Oise et ancien suppléant du député Olivier Dassault.

Législatives partielles incertaines

Légalement, de nouvelles élections législatives partielles doivent se tenir dans les trois mois suivant la disparition d'Olivier Dassault, député de la première circonscription de l'Oise, décédé dans un accident d'hélicoptère le 7 mars dernier. Des élections pourraient donc se tenir prochainement et en tout cas avant le 7 juin 2021. Mais avec le contexte sanitaire, si les élections sont repoussées au-delà de cette date, elles risquent de ne pas pouvoir se tenir avant les élections législatives de 2022. En effet, il est interdit par la loi de faire des élections législatives partielles un an avant le renouvellement de l'Assemblée nationale, dont le scrutin devrait se tenir en juin 2022. 

Dans la perspective de ces législatives partielles, les Républicains ont donc décidé ce mercredi matin qui serait leur candidat. La commission nationale d'investiture, présidée par Eric Ciotti, a donc annoncé "apporter son soutien à Victor Habert-Dassault pour l'élection législative partielle de la 1ère circonscription de l'Oise".

Communiqué de presse des Républicains annonçant apporter leur soutien à Victor Habert-Dassault.
Communiqué de presse des Républicains annonçant apporter leur soutien à Victor Habert-Dassault. - LR

Son neveu, un jeune avocat de 28 ans, est inconnu dans l'Oise. Sur les réseaux sociaux et sur Internet, il se prénomme Victor Habert. Mais dans l'Oise, il se présente avec le nom de son illustre famille. Victor Habert-Dassault se lance en effet avec la soutien de sa tante, Natacha, veuve d'Olivier Dassault. Il a annoncé sa candidature surprise chez nos confrères du Courrier Picard, ce qui ne plaît pas à tout le monde.

Le candidat naturel, ce n'est pas le neveu Dassault, c'est Olivier Paccaud" un élu de l'Oise

"Le candidat naturel, ce n'est pas le neveu Dassault, explique un élu hors micro. C'est Olivier Paccaud", sénateur de l'Oise et ancien suppléant d'Olivier Dassault. Le parlementaire est d'ailleurs le seul à monter au créneau publiquement à l'annonce de cette candidature : "Cette investiture est prématurée explique-t-il. Il faut respecter la période de deuil. On ne sait même pas s'il y aura une élection avant juin 2022, et puis on ne s'improvise pas député!" Une petite critique à l'encontre du neveu,  Victor Habert-Dassault, un "Parisien qui ne connaît pas l'Oise", poursuit-il. Victor Habert-Dassault est très sympathique mais il doit découvrir l'Oise. Et je ne suis pas convaincu que ce soit une chance pour l'Oise et pour lui de devenir député dans ces circonstances tragiques" termine Olivier Paccaud. 

On ne s'improvise pas député!" Olivier Paccaud, sénateur DVD de l'Oise

L'élu divers droite laisse planer le doute sur une possible candidature à ce poste de député. "Je suis déjà parlementaire, je ne ferai rien de plus, j'écrirai toujours les lois que je sois sénateur ou député, explique Olivier Paccaud. Je n'ai pas d'ambitions particulières mais j'ai un lien particulier avec cette circonscription. Je ne suis plus membre des Républicains depuis 2017 (et les affaires Fillon précise-t-il). Je ne suis membre d'aucun parti. Même si je suis rattaché au groupe républicain au Sénat. Je n'ai donc besoin du sésame de personne pour être candidat", conclut-il. 

La famille Dassault, une saga isarienne depuis le grand-père

Mais pour Frans Desmedt, le maire de Saint-Just-en-Chaussée, c'est joué d'avance. "La famille Dassault est une marque, c'est la famille que l'on voit à la télé. Les gens leur vouent une véritable admiration! Lors de la minute de silence pour Olivier Dassault dans une entreprise, j'ai même vu des salariés pleurer. Bien sûr nous sommes en 2021, poursuit-il, mais dans les communes rurales, le nom Dassault fait encore rêver. Je connais même des habitants qui ont gardé tous les calendriers d'Olivier Dassault!". Lui-même ne sera donc pas candidat à la législative partielle. 

Dassault c'est une marque, les gens leur vouent une véritable admiration!" Frans Desmedt, maire de Saint-Just-en-Chaussée

Jean Cauwel, le maire de Breteuil ne sera pas non plus sur la ligne de départ, il laisse Olivier Paccaud décider de son destin. "L'important c'est de ne surtout pas perdre cette circonscription à droite, plaide-t-il. Si Victor Habert-Dassault est choisi par sa famille politique, c'est bien".

"Nous sommes bien obligés de respecter le calendrier", rétorque Charles Locquet, maire adjoint de Beauvais, en réponse à la critique sur l’organisation des investitures chez LR, à peine deux semaines après la disparition d'Olivier Dassault. Un temps pressenti pour y aller, il déclare : "je ne suis pas candidat et je soutiendrai de toute façon celui qui sera choisi".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess