Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Ému, Gilles Lurton dit "au revoir" à l'Assemblée Nationale. Qui lui succédera ?

-
Par , France Bleu Armorique

Élu maire de Saint-Malo le 28 juin dernier, Gilles Lurton doit laisser son mandat de député. Il a participé ce mardi 21 juillet à sa dernière séance de questions au gouvernement avec une certaine émotion. Son suppléant, Jean-Luc Bourgeaux, réélu maire de Cherrueix n'a pas annoncé sa décision.

Gilles Lurton à l'Assemblée Nationale.
Gilles Lurton à l'Assemblée Nationale. - Assemblée Nationale

A une semaine des vacances parlementaires, le député LR de Saint-Malo, Gilles Lurton participait ce mardi 21 juillet à sa dernière séance de questions au gouvernement. "J'ai ressenti beaucoup d'émotion," confie celui qui est désormais maire de Saint-Malo depuis le dimanche 28 juin.  Un nouveau mandat qui l'empêche de poursuivre son travail au sein du Palais Bourbon, puisque 2017 il n'est plus possible de cumuler un mandat de parlementaire avec des fonctions exécutives locales.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Avant sa prise de parole, le député a été salué par le président de l'Assemblée Nationale, le Breton Richard Ferrand. "Je veux le féliciter pour son élection à la tête de Saint-Malo, lui dire nos vœux de succès et lui dire que notre assemblée perd un excellent collègue. Je me console en me disant que la Bretagne y gagne." Quelques phrases suivies d'applaudissements.

Fier d'avoir représenté le peuple français

Touché, Gilles Lurton a témoigné "de tout le bonheur ressenti à siéger ici pendant huit années. J'ai pu participer à l’élaboration des lois pendant presque deux quinquennats." "Je suis fier de représenter le peuple français et je souhaite que le rôle démocratique de notre assemblée parlementaire puisse continuer à être respecté par le gouvernement dans l’indépendance du pouvoir législatif," a ajouté l'élu.

Avant de questionner le Premier ministre sur la diversité des besoins des territoires il a d'ailleurs tenu à soulever ce qu'il appelle "une erreur constitutionnelle", la suppression du mandat de député-maire. "Ces deux mandats avaient tout pour que la légitimité du peuple français puisse être reconnue dans l'élaboration de la loi. Comment comprendre qu'on puisse cumuler un mandat de ministre avec un mandat de maire alors qu'un député ne le pourrait pas ?" Une situation qui concerne aujourd'hui le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Son suppléant n'a toujours pas fait connaître son choix

Dans une semaine, Gilles Lurton devra démissionner de son mandat de député, mais on ne connait toujours pas le nom de son successeur. Son suppléant, le conseiller départemental Jean-Luc Bourgeaux, a été réélu maire de Cherrueix (Ille-et-Vilaine). Il n'a pas encore fait connaître sa décision, même s'il avoue hors micro que son cœur "penche plutôt pour le territoire." L'élu ne semble donc pas intéressé par le fauteuil rouge qui l'attend à Paris. Mais il y a un mais. "Il y a des vérifications en cours pour s'assurer que je n'ai pas d'obligation légale d'assurer la succession de Gilles Lurton." Le maire ne veut pas en dire plus. 

Son refus entraînerait alors une nouvelle élection avec un risque pour le parti Les Républicains, celui de perdre un siège à l'Assemblée Nationale. Tout devrait s'éclaircir d'ici mardi prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess