Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

VIDÉO - Militaires français tués au Mali : François Hollande juge l'opération Barkhane toujours "nécessaire"

François Hollande a réagi ce mercredi matin au décès de 13 militaires de l'opération Barkhane au Mali, dans une collision entre deux hélicoptères. L'ancien président de la République juge le maintien des forces françaises sur place "nécessaire".

Pour François Hollande, la mission Barkhane "doit se poursuivre"
Pour François Hollande, la mission Barkhane "doit se poursuivre" © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Brest, France

"Ils ont sacrifié leur vie pour accomplir la mission qui leur avait été confiée" : l'ancien président de la République François Hollande a réagi ce mercredi matin au décès de treize militaires français au Mali lundi. Ces soldats de l'opération Barkhane ont été tués dans la collision de deux hélicoptères. "J'ai une compassion et un soutien à l'égard des familles meurtries, dont la tristesse est à l'égal de la fierté qu'ils éprouvent", a lancé François Hollande. 

41 morts depuis 2013

L'ancien chef de l'Etat est à l'origine de l'engagement français au Sahel avec les opérations Serval en 2013, puis Barkhane qui a pris la suite en 2014. Aujourd'hui, 4.500 soldats français sont engagés sur place, aux côtés de 13.000 casques bleus. 41 militaires français sont décédés au cours de ces opérations

"J'ai pris la décision d'engager nos forces au Mali. Je mesure chaque jour la responsabilité que j'ai prise car c'est une décision lourde d'envoyer des soldats à l'extérieur de nos frontières pour une mission extrêmement difficile", a reconnu François Hollande.

Une opération "nécessaire"

"Cette responsabilité, je l'assume aujourd'hui encore car il était nécessaire d'envoyer nos soldats (...) S'il n'y avait pas l'opération Barkhane aujourd'hui, ces forces terroristes qui ont été certes très entamées et réduites dans leur influence, continueraient d'agir et menaceraient la sécurité de toute l'Afrique de l'Ouest", estime l'ancien chef de l'Etat. 

Cette menace n'a pas disparu, nous devons faire en sorte que la mission aujourd'hui assurée par Barkhane puisse se poursuivre.

Il appelle à davantage de coopération et d'implication au Sahel de la part des puissances occidentales : "des efforts doivent être engagés, et pas seulement par la France. L'Union Européenne et les pays partenaires doivent prendre conscience que leur sécurité aussi est en cause", conclut François Hollande.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu