Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Grande consultation France Bleu : "il faut supprimer l'immunité des élus"

-
Par , France Bleu, France Bleu Drôme Ardèche

Patrice Constant, un Drômois, a répondu à la grande consultation France Bleu, en partenariat avec Make.org. Son idée ? Supprimer l'immunité pour tous les élus. Ce fraiseur-mouliste à Saint-Marcellin, en Isère, vous explique pourquoi.

Châtillon-Saint-Jean, France

Voici la proposition faite par Patrice Constant lors de la consultation France Bleu, en partenariat avec Make.org. Elle a été l'une des plus plébiscitées parmi les centaines de propositions faites sur notre site. Patrice est fraiseur-mouliste à Saint-Marcellin, en Isère. Il vit à Chatillon-Saint-Jean, dans la Drôme, près de Romans-sur-Isère. 

"Il faut supprimer les privilèges des élus et anciens élus, ainsi que l'immunité parlementaire et présidentielle" - Patrice Constant

Pour lui, "il faut supprimer l'immunité des élus, quels qu’ils soient : président, parlementaires, élus européens (...), ça créé vraiment un sentiment d'injustice en France qui est important et qui explique aussi pas mal ce mouvement des gilets jaunes, au tout début en tous cas", explique-t-il. Le gilet jaune, Patrice Constant l'a d'ailleurs porté en novembre et en décembre derniers, avant d'arrêter de manifester. Mais cet ancien syndicaliste se sent proche, encore aujourd'hui, de certaines revendications du mouvement. 

On ne peut pas avoir des gens qui nous gouvernent et qui disent : faites ce que je dis, faites pas ce que je fais - Patrice Constant

"On voit qu'il n'y a pas le même traitement pour les gens" explique-t-il, "à chaque reportage sur les manifestations de gilets jaunes, on nous parle d'état de droit, que les manifestations doivent respecter l'état de droit. Mais quand on parle de la famille Balkany, de Juppé, de Fillon, de Benalla, on nous parle jamais de l'état de droit. C'est énervant !" enrage Patrice Constant. "Quand on a une fonction publique, on devrait être puni plus sévèrement qu'un citoyen lambda, même si ce citoyen doit aussi être puni". 

Comment a fonctionné la consultation France Bleu ?

Parallèlement au Grand débat national lancé le 15 janvier par Emmanuel Macron avec l'espoir de trouver une issue à la crise des "gilets jaunes", France Bleu avait organisé son propre espace d'expression numérique. Il vous a été proposé de faire des propositions et de voter pour celles des autres. Chaque semaine, une synthèse a été réalisée. Parmi les dix propositions les plus soutenues par vous, internautes de France Bleu, une proposition de Patrice Constant.

Pour aller plus loin :

  • L'immunité parlementaire : pour préserver l’indépendance juridique et matérielle des parlementaires, la Constitution a prévu qu’ils bénéficient de protections (l’immunité parlementaire) et d’indemnités. Rien ne peut lever cette immunité et le parlementaire ne peut y renoncer
  • L'immunité présidentielle : durant son mandat, le président de la République est irresponsable politiquement et pénalement. Depuis la réforme constitutionnelle de 2007, le président de la République bénéficie d'une immunité absolue et permanente, sauf en cas de manquement grave à ses fonctions, comme le prévoit l'article 67 de la Constitution qui indique que le chef de l'État "n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité".
  • Les députés européens : Les députés européens sont soumis aux mêmes règles d’immunité que les députés de la nation pour laquelle ils siègent, comme l'explique le site du Parlement européen. Un député européen français bénéficie donc de la même immunité qu'un député de l'Assemblée Nationale. Un juge d'instruction ne peut donc le forcer à se présenter devant lui, comme n'importe quel justiciable.