Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDEO - "Ecœuré par les grands discours sur la ruralité", le maire de Bernardvillé jettera l'éponge en 2020

mardi 4 septembre 2018 à 18:13 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

C'est un exemple parmi beaucoup d'autres. Le maire de Bernardvillé (Bas-Rhin) jette l'éponge. Après trois mandats, il ne se représentera pas en 2020, "écœuré" et vaincu par les lourdeurs de l'administration.

Hugues Petit, maire de Bernardvillé (Bas-Rhin) depuis 2001.
Hugues Petit, maire de Bernardvillé (Bas-Rhin) depuis 2001. © Radio France - Olivier Vogel

Bernardvillé, France

C'est décidé aux prochaines élections municipales en 2020, Hugues Petit confiera son écharpe tricolore à quelqu'un d'autre. Après trois mandats, à 60 ans, le maire de Bernardvillé (Bas-Rhin), petite commune de 228 habitants, entre Strasbourg et Sélestat, jette l'éponge, démotivé.

J'attends encore que l'administration soit au service des élus et pas l'inverse"

"Je n'arrive plus à résoudre les problèmes, je ne parle même pas de nouveaux projets, tout le monde connaît le problèmes des subventions..." Hugues Petit (sans étiquette) se dit surtout vaincu par la lourdeur de l'administration. "C'est redevenu une grande machine inhumaine qui dit souvent non, non et non, alors que moi qui suis de l'ancienne génération, j'attends encore que l'administration soit au service des élus et pas l'inverse".

Je suis aigri et écœuré"

Une goutte d'eau a fait déborder le vase municipal d'Hugues Petit, également secrétaire général de l'association des maires ruraux du Bas-Rhin : la nouvelle école maternelle qui vient d'être construite. Elle aura coûté 400.000 euros à l'intercommunalité mais elle risque de devoir fermer ses portes faute d'un nombre d'élèves suffisant. "Un village sans école, c'est un village qui crève", assène le maire écœuré. 

"J'en ai ras-le-bol, je suis aigri, quand j'entends les grands discours des ministres ou du Président sur la ruralité, sur le terrain, je ne vois rien venir". En 2020, Hugues Petit récupérera son emploi de courtier en assurances à temps plein.