Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - La grosse colère de François Ruffin après le rejet d'une proposition de loi pour les élèves handicapés

vendredi 12 octobre 2018 à 10:58 Par Germain Arrigoni, France Bleu

L'Assemblée nationale a retoqué jeudi une proposition de loi Les Républicains pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap". Le député François Ruffin (France Insoumise) a pris à partie LREM lançant aux "marcheurs" que ce vote leur collerait "à la peau comme une infamie".

François Ruffin à l'Assemblée nationale (illustration)
François Ruffin à l'Assemblée nationale (illustration) © AFP - Christophe ARCHAMBAULT

C'est ce qui s’appelle un coup de gueule. Alors que l'Assemblée nationale a retoqué jeudi une proposition de loi Les Républicains (LR) pour "l'inclusion des élèves en situation de handicap", cette décision a rendu furieux François Ruffin.

"J'espère que le pays ne vous le pardonnera pas"

Le député de la France Insoumise (LFI) a défendu ce texte pourtant porté par la droite et a pris à partie les députés La République En Marche LREM : "Vous n'avez pas honte ? Honte de votre paresse ? Honte de votre sectarisme ?"

Et d'ajouter : "J'espère que le pays ne vous le pardonnera pas (...) Ce vote vous collera à la peau comme une infamie."

Nombreux élèves handicapés sans solution d'accompagnement à la rentrée

La proposition de loi d'Aurélien Pradié, qui défendait ce texte dans le cadre d'une "niche parlementaire" LR, prévoyait notamment un statut unique "d'accompagnant à l'inclusion scolaire", mieux rémunéré, pour les auxiliaires de vie scolaire (AVS) ou les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Elle visait aussi à "décloisonner" l'accompagnement entre scolaire et périscolaire.

L'élu du Lot a rappelé que "le nombre d'élèves (en situation de handicap) accueillis est passé d'environ 100.000 en 2006 à (...) 340.000 en 2018", de nombreux élèves étant restés sans solution d'accompagnement à la rentrée.

3.584 postes supplémentaires d'accompagnants créés

Selon les chiffres fournis par le gouvernement, 340.000 élèves en situation de handicap étaient attendus à la rentrée de l'école, soit 6% de plus que l'an dernier.

Parmi eux, 175.000 ont besoin d'un accompagnement, soit 13% de plus que l'an dernier. Pour eux, il est prévu un total de 110.000 accompagnants, certains mutualisés entre plusieurs élèves.

Dans un récent entretien à l'AFP, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a affirmé que 3.584 postes supplémentaires d'accompagnants d'enfant en situation de handicap (AESH) en équivalent temps-plein ont été créés cette année.

Une ligne téléphonique non-surtaxée a été mise en place (0800.730.123) pour recenser les situations problématiques, et les parents "ne doivent pas hésiter à tirer la sonnette d'alarme", a-t-elle encore dit.

Concertation à venir

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a mis en avant "le chemin" déjà pris et une concertation à venir. Il a notamment souligné qu'à la rentrée 2018, "20.000 élèves de plus que l'an dernier" avaient été accueillis, observant aussi que le statut unique prôné par M. Pradié est "très précisément la feuille de route que nous nous sommes fixée".

Et d'observer que le texte comportait "bien entendu des éléments intéressants" sur cette "priorité gouvernementale", mais a refusé d'être "caricaturé comme quelqu'un qui ne voit pas les difficultés actuelles et les pistes d'amélioration".