Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

VIDÉO - Le nouveau ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti chahuté à l'Assemblée Nationale

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Pour sa première dans le costume-cravate de Garde des Sceaux, l'avocat Lillois Eric Dupond-Moretti n'a pas été épargné par les députés de l'opposition ce mercredi. Il a eu beaucoup de mal à s'expliquer et a justifier des propos tenus notamment en 2018 sur le poste de ministre de la Justice.

Eric Dupond-Moretti, le nouveau Garde des Sceaux à la barre de l'Assemblée Nationale
Eric Dupond-Moretti, le nouveau Garde des Sceaux à la barre de l'Assemblée Nationale © AFP - Christophe ARCHAMBAULT

C'est une vidéo qui date de 2018. A l'époque interrogé sur LCI, Eric Dupond-Moretti parlait du poste de ministre de la Justice : "Moi, franchement, je n'accepterai jamais un truc pareil ! C'est pas mon métier. Il faut en avaler, des couleuvres !"....

L'occasion était trop belle

Deux ans plus tard, l'occasion était donc trop belle pour les députés de l'opposition. A peine installé dans ses nouvelles fonctions de Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti a été interrogé ce mercredi lors des questions au gouvernement par le député LR du Val d'Oise Antoine Savignat : "Pourriez-vous nous éclairer, vous ne deviez jamais occuper ce fauteuil et vous êtes là ?"

"On souffre en silence"

L'ex-avocat Lillois a donc tenté de se justifier, visiblement un peu ému et peu habitué à l'exercice, il a semblé douter : "Je vous en prie, c'est déjà compliqué pour moi et c'est une première",  puis après une bronca il a regardé le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand "est-ce qu'on décompte les interruptions?". Réponse amusée de Richard Ferrand : "Non on ne décompte pas, on souffre en silence". 

Eric Dupont-Moretti a alors voulu finir son intervention, il a rappelé qu'il était prêt à travailler avec tous les députés, "j'ai vécu la commission d'enquête parlementaire d'Outreau, à ma gauche il y avait le député Marsaud, Monsieur Houillon, Monsieur Vallini, des sensibilités politiques différentes, 82 propositions, on peut tous travailler ensemble, voilà ma réponse". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess