Politique

VIDEO - Wallerand de Saint-Just (FN) : accueil des migrants "Ma véritable charité, elle va aux habitants de Calais"

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région jeudi 13 octobre 2016 à 9:31 Mis à jour le jeudi 13 octobre 2016 à 10:31

Wallerand de Saint-Just
Wallerand de Saint-Just © Radio France - Martine Bréson

Wallerand de Saint-Just était l'invité de France Bleu à 8h10. Le président du groupe Front National au conseil régional d'Ile-de-France a parlé de la justice. Il a réagi à l'affiche de Robert Ménard contre les migrants et il a donné son avis sur la salle de shoot qui doit ouvrir jeudi à Paris.

Le président du groupe Front National au conseil régional d'Ile-de-France était l'invité de France Bleu à 8h10.

Regardez son interview à la fin de cet article.

Wallerand de Saint-Just a réagi au renvoi devant la justice de deux dirigeants du Front national (dont lui-même) pour soupçon d'escroquerie au frais de l'Etat. Il a dit être d'accord avec Marine Le Pen qui parle de "persécution profondément injuste". Il n'a pas voulu "s'exprimer à l'égard des magistrats" mais il a mis l'accent sur "la légèreté de l'ordonnance de renvoi". "Je dis que les accusations sont extrêmement légères... je trouve que les magistrats auraient pu beaucoup mieux fonder leurs accusations avant de nous renvoyer ainsi devant le juge correctionnelle... être trésorier d'un parti politique, c'est devenu un métier à risque et j’assume et je m'expliquerai".

Les affiches de Robert Ménard contre les migrants à Béziers (à voir à la fin de cet article)

"Je ne m'exprimerai pas comme Robert Ménard .. ce problème des migrants est un problème extrêmement difficile. Derrière ce problème politique des migrants il y a évidemment un grand nombre d'êtres humains qui souffrent... Nous sommes d'accord au Front National pour que les migrants, les clandestins qui sont sur notre sol soient traités dignement. Ce que nous demandons c'est qu'ils n'y rentrent pas et quand ils sont rentrés qu’ils soient renvoyés dans leur pays d'origine... mais nous sommes d'accord pour, quand ils sont là... ils soient traités dignement. Mais là où je ne suis pas d'accord, c'est qu'on judiciarise immédiatement la phrase de Robert Ménard. Il n'y a plus de liberté d’expressions dans ce pays".

L'accueil des migrants, un devoir d'humanité

Le président de la Conférence des évêques de France dit avoir un eu honte de notre pays quand il voit comment on accueille les migrants. Il parle de devoir d'humanité

"95% ce sont des réfugiés de guerre, ils quittent des zones de guerre, ils doivent être traités à proximité de ces zones de guerre et moi je vais dire ... que ma véritable charité elle va à l'égard des habitants de Calais.. à qui on ne peut pas imposer cette épreuve de supporter autant de temps autant de migrants à côté d'eux. ."

Une salle de shoot ouvre jeudi à Paris

"Je suis favorable à ce qu'on soigne ceux qui se droguent.. et je trouve qu'au lieu d'ouvrir cette salle de shoot... on aurait dû augmenter considérablement les moyens... des hôpitaux psychiatriques dans le soin des drogués et on devrait montrer aux Français qu'on s'attaque véritablement au trafic de drogue..."

Regardez l'interview de Wallerand de Saint-Just :

L'affiche de Robert Ménard à Béziers

Partager sur :