Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Municipales à Grenoble : Jean-Pierre Barbier soutient Alain Carignon

-
Par , France Bleu Isère

Le président du Conseil départemental de l'Isère se mouille dans les élections municipales, et sans surprise, il prend le parti d'Alain Carignon à Grenoble, car dit-il "il n'exclut personne", là ou selon lui les autres listes se déclarent "incompatibles" les unes avec les autres.

Il a mis le temps, mais il choisit de sortir du bois. Jean-Pierre Barbier sait qu'il a plutôt des coups à prendre et qu'il pourrait regarder ces élections municipales du haut de sa neutralité départementale, mais il préfère aller au charbon, pas tout à fait une première d'ailleurs, et apporter son soutien à Alain Carignon pour l'élection municipale de Grenoble, au premier tour, le 15 mars prochain.

France Bleu Isère : Emilie Chalas n'est-elle pas une candidate qui retient votre attention ?

Jean-Pierre Barbier : Emilie Chalas aurait pu représenter une alternative, mais elle dit très clairement qu'elle ne veut pas travailler avec des gens de droite... je suis de Droite, ça m'inquiète. Si elle arrivait aux affaires, quelle serait sa position vis-à-vis du département ? On ne peut pas travailler les uns contre les autres. D'ailleurs C'est d'ailleurs la marque de fabrique de ces trois listes : chacune d'entre elles se déclare incompatible avec l'autre. Il va se poser une question de gouvernance, de la ville et de la Métropole. Reste la liste d'Alain Carignon, qui est une liste Société Civile, qui n'a exclu personne, qui souhaite que Grenoble retrouve son lustre d'antan, que Grenoble continue d'aller vers le progrès, donc oui, mon soutien ira à Alain Carignon.

En quoi c'était pour vous compliqué de travailler avec la majorité sortante ?

Je considère que la métropole de Grenoble est à l’arrêt depuis cinq ans. Carrément à l'arrêt, stagnation des embauches, et ce qui fait le dynamisme, c'est en-dehors de la Métropole. Vous avez des candidats aux élections qui titrent chez nos voisins lyonnais "pour que Lyon ne devienne pas Grenoble". Tout ceci m'interpelle. 

Il n'y pas une part d'intox là-dedans ? Tout ce qui fait Grenoble, la recherche, l’université, tout ça ne s'est pas arrêté ?

Oui, parce que Grenoble a une belle dynamique et vit sur ses acquis. Effectivement, nous avons le CEA, Minatec, de très belles entreprises, l’Université, l’hôpital, mais ma crainte aujourd'hui, c'est que nous arrivions au bout de nos acquis. C'est compliqué pour le président du département de dire ça, parce qu'on va avoir l'impression que je fais du Grenoble-bashing, ou du Métro-bashing, mais il y a des réalités contre lesquelles on ne peut rien !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu