Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ce qu'il faut retenir des vœux aux Français d'Emmanuel Macron pour 2019

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Dans un discours de 16 minutes, Emmanuel Macron a adressé lundi ses voeux du Nouvel-An aux Français depuis l'Elysée. Un exercice attendu et scruté au cours duquel le président de la République a tenté d'apaiser les colères tout en relançant son programme de réformes.

Emmanuel Macron s'est exprimé lundi soir pour ses voeux aux Français debout, face caméra, dans un discours de 16 minutes.
Emmanuel Macron s'est exprimé lundi soir pour ses voeux aux Français debout, face caméra, dans un discours de 16 minutes. © Maxppp - MICHEL EULER

Paris, France

Le chef de l'État a adressé ses traditionnels vœux aux Français à 20 heures lundi. L'an passé, Emmanuel Macron avait placé la cohésion sociale au centre de son allocution. Cette année, alors que les "gilets jaunes" se sont rassemblés à plusieurs endroits en France, notamment sur les Champs-Elysées, le président de la République a tenté de relever le double défi d'apaiser les colères et de relancer son programme de réformes.

> Revoir les vœux d'Emmanuel Macron 

Trois vœux pour la nouvelle année

Un discours de 16 minutes au cours duquel Emmanuel Macron est resté debout dans le salon d'angle de l'Elysée. Le président de la République a formulé trois vœux pour cette nouvelle année : un premier vœu de "vérité", un second de "dignité" et un troisième "d'espoir". Le président a déclaré que la "colère" des "gilets jaunes" en 2018 a montré que "nous ne sommes pas résignés". Le chef de l'Etat a ensuite estimé que "les résultats" des réformes engagées depuis le début du quinquennat "ne peuvent pas être immédiats et l'impatience que je partage ne saurait justifier aucun renoncement." Emmanuel Macron a également appelé les Français à cesser de se "déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n'existent pas, où il faudrait dépenser toujours davantage".

Dans son allocution, le chef de l'Etat a aussi évoqué "de grands déchirements et une colère qui venait de loin : "colère contre les injustices, contre le cours d'une mondialisation parfois incompréhensible, colère contre un système administratif devenu trop complexe et manquant de bienveillance, colère aussi contre des changements profonds qui interrogent notre société sur son identité et son sens." "Cette colère", a-t-il poursuivi, "a dit une chose à mes yeux, quels que soient ses excès et ses débordements : nous ne sommes pas résignés. Notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d'être ensemble. Telle est à mes yeux la leçon de 2018".

Des gilets jaunes festifs sur les Champs-Elysées lundi soir

Les autorités avaient placé ce réveillon sous haute surveillance, en déployant 148.000 membres des forces de sécurité en France, dont 12.000 dans la capitale. Sur les Champs-Elysées, lieu privilégié par les "gilets jaunes" pour se rassembler le samedi depuis le 17 novembre, 300.000 personnes s'étaient réunies, selon le ministre de l'Intérieur. Parmi eux, seuls 200 "gilets jaunes" selon la préfecture de police. Même chiffre à Bordeaux. 

Des appels à manifester ont d'ores et déjà été lancés pour janvier tandis qu'un "débat national" doit se tenir en début d'année. Sur ce sujet, Emmanuel Macron a annoncé qu'il écrira aux Français _"dans quelques jours",_ pour préciser les contours de ce grand débat national. 

Choix de la station

France Bleu