Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Réponse du maire d'Orléans Serge Grouard à la polémique sur le documentaire sur Jeanne d'Arc

-
Par , France Bleu Orléans

Il ne s'est pas exprimé dans les médias locaux depuis le début de la polémique liée au film sur l'hommage à Jeanne d'Arc qui l'oppose à France 3 Centre-Val de Loire : le maire d'Orléans dénonce les menaces "inacceptables" reçues par le directeur de la chaîne, mais maintient l'accusation de censure.

Le maire d'Orléans Serge Grouard, le 6 mai 2021
Le maire d'Orléans Serge Grouard, le 6 mai 2021 © Radio France - Antoine Denéchère

C'est sa première interview sur le sujet depuis sa sortie sur C News vendredi dernier dans laquelle il a accusé France 3 Centre-Val de Loire de pratiquer "une censure" et d'imposer "une police de la pensée" : le maire Les Républicains d'Orléans Serge Grouard répond aux questions de France Bleu Orléans sur la polémique qui l'oppose à la chaîne de service public. 

Il dénonce les menaces reçues ces derniers jours par le directeur de France 3 Centre-Val de Loire ("inacceptables"), mais persiste à dire que lui et la Ville d'Orléans ont été victimes de "censure" de la part de la chaîne publique qui a finalement refusé de diffuser le film tourné la semaine dernière lors de l'Hommage à Jeanne d'Arc à Orléans (payé 25.000 euros et commandé par la mairie). Serge Grouard envisage, par ailleurs, de porter plainte contre le PCF du Loiret et la députée qui le jugent "irresponsable".

France 3 Centre-Val de Loire annonce une émission spéciale ce dimanche 9 mai à 15h30, avec un documentaire "Vraie Jeanne, fausse Jeanne" suivi d'un débat en plateau*. Tandis que la Ville d'Orléans va diffuser le film qu'elle a commandé à une société de production, ce samedi 8 mai sur son site internet.

Que pensez-vous des nombreuses menaces (parfois de mort), reçues par le directeur de France 3 Centre-Val de Loire depuis que vous avez accusé la chaîne de censure" ?

"Il est inacceptable qu'une personne puisse être menacée, puisse recevoir des menaces. Moi, je dis une chose très simple, si le directeur de France 3 reçoit des menaces, je suis le premier à aller le défendre. On a le droit d'avoir une divergence de point de vue. On a le droit d'être opposé, mais nous sommes dans un pays de liberté et on n'a pas le droit de menacer. Donc moi, je le défends de ce point de vue là parce que c'est inacceptable s'il a reçu effectivement des menaces"

Est ce que ce n'est pas un peu facile? Est ce que ce n'est pas vous qui avez mis de l'huile sur le feu en allant sur le plateau de C News vendredi dernier parler de censure de la part de France 3 Centre-Val de Loire, avec en plus la citation directe du nom du directeur sur le plateau de News ?

"Nous, mairie d'Orléans, nous sommes victimes de cette censure puisque encore une fois, je reprends le fait générateur : la veille du début du tournage du film, France 3 nous annonce qu'il refuse de diffuser alors qu'il avait accepté précédemment et que tout était bien bordé. Donc, il refuse sans nous expliquer quoi que ce soit et sans avoir de contact possible avec France 3. C'est ça le fait qui est générateur. Pourquoi ce refus de France 3 ? Parce qu'il y a la voix off dans le film de Charlotte d'Ornellas que l'on censure, journaliste à Valeurs actuelles, journal considéré trop à droite, ou Charlotte d'Ornellas considérée comme "trop à droite". ET ce n'est pas de la censure ? Alors qu'est ce que la censure politique ? Et je disais précédemment que nous sommes dans un pays de liberté, et bien, la liberté, elle se respecte pour tous et pour chacun"

Est-ce que ce n'est pas aussi la liberté éditoriale de France 3 Centre-Val de Loire qui, finalement, a décidé de ne pas diffuser le documentaire ? C'est son droit aussi, non ?

"Si France 3 nous avait dit "on ne souhaite pas ce partenariat, on ne diffuse pas", libre à eux de le décider. De nous dire oui, puis, la veille du tournage, de dire non et de nous planter carrément pour la diffusion pour une raison strictement politique, c'est inacceptable ! Et j'ajoute d'ailleurs que ce n'est pas recevable dans les statuts même d'une télévision de service public qui a des obligations de pluralisme politique. Donc de venir nous donner un argument de censure, je le redis, d'une personne pour sa sensibilité politique, c'est en dehors des clous du cahier des charges même de cette télévision de service public"]

France Télévisions dit qu'il n'y a pas que ça. Il n'y a pas que la présence  de Charlotte d'Ornellas, il y a globalement un documentaire un peu trop "politisé" en fait...

Mais comment pouvaient-ils le savoir puisque nous n'avions pas commencé le tournage du film? Comment voulez-vous que je l'explique mieux que par cela? C'est juste un argument qui n'a aucun sens !

Vous êtes qualifié d'irresponsable par le Parti communiste du Loiret et par la députée En Marche Caroline Janville, qui disent que c'est vous qui avez mis de l'huile sur le feu et qui avez jeté en pâture le nom du directeur de France 3 Centre-Val de Loire...

"C'est tout à fait mensonger et c'est là, pour le coup, irresponsable à la fois de la part du Parti communiste français et de la part de la députée LREM Caroline Janvier. C'est mensonger et c'est irresponsable. C'est mensonger parce que le nom du directeur a été cité par tout le monde. Il a été cité dans tous les médias, y compris, si vous me permettez, par vous France Bleu. Il était dans la République du Centre avec une citation même de la personne qui s'est exprimée et qui a dit : "quand j'ai appris que le commentaire était fait par Charlotte d'Ornellas, les bras m'en sont tombés", et dans le journal, il y a bien des guillemets faisant parler la personne. C'est bien que la personne s'est exprimée dans les médias et que tous les médias en ont parlé, et y compris les réseaux sociaux"

Est ce qu'il ne faut pas calmer le jeu un peu maintenant ? C'est d'ailleurs ce qu'a dit par exemple le député Modem Richard Ramos. Est-ce qu'il n'est pas temps d'apaiser les choses ?

"Apaisons les choses mais n'inversons pas les rôles. La ville d'Orléans et moi-même, nous sommes victimes au départ et il y a une manipulation politique de quelques personnes, et notamment du Parti communiste français, visant à transformer la victime en accusé. Et ça, c'est inacceptable. On a le droit de ne pas avoir les mêmes sensibilités politiques. Ce n'est pas pour cela qu'il faut dire des choses qui sont scandaleuses et qui sont, en plus, mensongères. Et je me réserve là-dessus le droit de déposer plainte en justice et je le fais analyser. Je l'analyse actuellement.

* Le groupe France Televisions précise ce jeudi que, contrairement "à ce qui avait pu être compris mercredi", il ne déposera pas de plainte pour diffamation contre C News et le journaliste Pascal Praud. En revanche, France Televisions dit s'être rapprochée de la direction départementale de la sécurité publique pour faire état des menaces reçues pare le directeur de France 3 Centre-Val de Loire ces derniers jours et envisager toutes les mesures adéquates pour assurer sa protection

Choix de la station

À venir dansDanssecondess