Politique

VIDÉOS - Taxe d'habitation, vaccins, tabac... Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Édouard Philippe

Par Julien Baldacchino, France Bleu mardi 4 juillet 2017 à 14:31 Mis à jour le mardi 4 juillet 2017 à 19:35

Edouard Philippe face à l'Assemblée nationale
Edouard Philippe face à l'Assemblée nationale © AFP - Martin Bureau

Après Emmanuel Macron lundi, c'est au tour d'Édouard Philippe de s'adresser aux députés. Il a prononcé ce mardi son discours de politique générale, développant les mesures notamment économiques et sociales à venir pour le gouvernement.

C'est une tradition à laquelle se plie chaque nouveau Premier ministre : ce mardi, Édouard Philippe a prononcé son premier discours de politique générale, à la tribune de l'Assemblée nationale. Au même moment, ce même discours a été lu aux sénateurs par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Après les prises de parole des représentants des différents groupes parlementaires, le vote de confiance a été largement favorable à Édouard Philippe et son équipe, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions, soit le plus faible nombre de votes contre de toute la Ve République. Cela fait plus d'un mois que l'ancien maire du Havre, nommé Premier ministre le 15 mai dernier, préparait ce discours. Que faut-il en retenir ?

Santé

“Rétablir la confiance, c’est rassurer les Français sur le futur de la sécurité sociale : c’est notre patrimoine, il faut le préserver et le rénover”, dit le Premier ministre. Ce mardi, Edouard Philippe a annoncé un certain nombre de réformes qui interviendront dans le domaine de la santé, à commencer par un dispositif de prévention étendu, s’appuyant notamment sur les étudiants des écoles de santé. Dès 2018, l’allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse seront revalorisés, a-t-il annoncé.

Il a également confirmé le passage progressif à 10 euros du paquet de cigarettes, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. “C’est la première cause de mortalité évitable (...), ne rien faire est exclu”, a-t-il déclaré.

En outre, les vaccins pour la petite enfance qui sont aujourd'hui recommandés par les autorités de santé (rougeole, hépatite B, etc.) "deviendront obligatoires" dès 2018, et viendront donc rejoindre les trois seuls vaccins obligatoires à l'heure actuelle (diphtérie, tétanos, poliomyélite).

Il a également promis que d’ici à la fin du mandat d’Emmanuel Macron, “tous les Français auront accès à des offres de soins sans aucun reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives”.

Education et jeunesse

L'une des grandes réformes du quinquennat sera assurément celle du baccalauréat, et ce "dès la rentrée prochaine" : Édouard Philippe annonce la mise en place d'une concertation "pour resserrer" le bac "à un petit nombre d'épreuves, et définir ce qui relève du contrôle continu". Cette réforme du bac sera effective pour 2021, promet-il.

Evoquant également l'importance de la culture, Édouard Philippe confirme la mise en place d'un "pass culture" pour les jeunes adultes, promise par Emmanuel Macron, et un plan orienté autour de la lecture et des bibliothèques pour "redevenir une nation de lecteurs".

Fiscalité

C'était l'une des grandes promesses d'Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle : la réforme de la taxe d'habitation, qui sera mise en oeuvre "d'ici la fin du quinquennat" selon le Premier ministre, et "doit contribuer à rendre du pouvoir d'achat à l'immense majorité de nos concitoyens".

L'impôt sur la fortune sera lui aussi transformé pour ne plus concerner que l'immobilier : cet impôt réformé entrera en vigueur dès 2019, avec un objectif, celui de favoriser l'investissement dans la croissance des entreprises. En revanche, un taux de prélèvement unique sera mis en place sur les revenus de l'épargne, et devrait s'élever à 30%.

La prime d'activité sera augmentée, pour sa part, car "le travail doit payer", a déclaré le Premier ministre. Dans les entreprises, le Premier ministre confirme la suppression des cotisations salariales, et une hausse de la CSG, à partir de 2018. "Cela représente 250 euros par an au niveau su SMIC", explique-t-il. Et dès 2018, la suppression du régime social des indépendants (RSI) sera engagée, les indépendants seront adossés au régime général. Le taux d'impôt sur les sociétés sera quant à lui réduit de 33% à 25% d'ici à 2022.

Quant au CICE, l'une des mesures phares du quinquennat Hollande, il sera supprimé et transformé en allègements de cotisations sociales, qui seront nulles au niveau du SMIC, et ce dès le 1er janvier 2019.

Finances publiques

Avançant un "niveau insupportable" de la dette de 2.147 milliards d'euros, Édouard Philippe a fixé un objectif de retour du déficit public sous la barre des 3% du PIB dès la fin de l'année 2017. Sur toute la durée du quinquennat, il espère aussi faire baisser la pression fiscale d'un point de PIB et baisser la dépense publique de 3 points de PIB.

"Les prélèvements obligatoires baisseront de 20 milliards d'euros d'ici 2022"

Cela passera par une stabilisation de la dépende publique en 2018 par rapport à 2017, et donc par la fin de "l'inflation de la masse salariale du secteur public" :

"Il faudra remettre en cause certaines missions, aucun ministère, opérateur ou niche ne sera sanctuarisé"

En échange, la France va lancer un "grand plan d'investissement" de 50 milliards d'euros. Un loi de programmation des finances publiques sera présentée à la rentrée et s'appliquera sur toute la durée du quinquennat. Elle programmera notamment l'équilibre financier de la sécurité sociale à l'horizon 2020, avec des règles qui interdiront le déficit des comptes sociaux.

Immigration

Le gouvernement va présenter des mesures "dès la semaine prochaine" sur la question migratoire, assure le Premier ministre, pour faire face à une pression migratoire qui selon lui "ne faiblira pas", en raison notamment "des conflits et de l'insécurité au Moyen-Orient et en Afrique et des risques liés au climat".

Sans préciser ce dont il sera précisément question, il assure que ces mesures répondront "à trois exigences" : "exigence de dignité pour pour que la France honore sa tradition d’accueil des réfugiés, exigence d'efficacité pour réduire les délais moyens d’instruction demande d’asile de 14 à six mois, et exigence de solidarité avec nos partenaires européens".

Environnement

"La convergence diesel-essence sera atteinte d'ici la fin de la mandature", assure le Premier ministre au moment d'aborder les questions écologiques. Il promet que les déchets mis en décharge seront divisés par deux et que d'ici 2025, 100% des plastiques seront recyclés. Édouard Philippe annonce aussi une accélération de la montée en puissance de la fiscalité carbone.

Sécurité et terrorisme

"Il y aura d'autres attaques, d'autres drames, d'autres vies touchées", prévient Édouard Philippe, qui assure que "nous ne baisserons jamais la garde". Souhaitant rendre hommage "aux policiers, gendarmes et militaires" mobilisés pour lutter contre le terrorisme, il annonce une loi de programmation militaire pour 2018, et confirme, comme l'a annoncé Emmanuel Macron lundi, la fin de l'état d'urgence "au plus tard le 1er novembre prochain".

Justice

“Dans un Etat de droit, rien n’est possible sans une justice forte”, a déclaré Édouard Philippe au début de son discours, annonçant une réforme de la justice. "Au printemps 2018, après des expérimentations", les ministres de l'Intérieur et de la Justice porteront conjointement une réforme de la procédure pénale amenée à simplifier les procédures et "faire reculer l'insécurité".

La réforme constitutionnelle “renforcera l’indépendance des magistrats”, a-t-il déclaré, annonçant également la mise en place à partir de 2018 d’une loi quinquennale de programmation qui “permettra à la garde des Sceaux d’engager un vaste mouvement de dématérialisation, de simplification et de réorganisation”.

Numérique

Édouard Philippe a promis que l'accès au haut débit serait garanti partout en France "au plus tard d'ici 2022". Une mesure qui sera mise en place via "un pacte pour les collectivités" lors de la première Conférence des territoires, prévue mi-juillet, et qui passera par un accompagnement vers la transition numérique.