Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - Un collaborateur d'Emmanuel Macron filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai

jeudi 19 juillet 2018 à 4:40 Par Marine Laugénie, France Bleu Paris et France Bleu

Un collaborateur d’Emmanuel Macron a été suspendu 15 jours après avoir frappé un manifestant le 1er mai à Paris. L'auteur de ces violences est l'adjoint au chef de cabinet du président de la République. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris.

Alexandre Benalla, un proche conseiller d' Emmanuel Macron, filmé en train de frapper un manifestant.
Alexandre Benalla, un proche conseiller d' Emmanuel Macron, filmé en train de frapper un manifestant. - Capture d'écran YouTube

La scène se déroule lors de la grande manifestation du 1er mai  à Paris. Un homme équipé d’un casque à visière de policier traîne un manifestant à terre, le frappe derrière la tête puis lui assène plusieurs coups de pied au sol. Il s'agit d'Alexandre Benalla, responsable de la sécurité lors de la campagne puis chargé de mission, adjoint au chef de cabinet du président de la République.

La vidéo, publiée par le journal Le Monde, a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. "Le lendemain de la manifestation, j'ai été avisé par un collaborateur que M. Benalla avait été reconnu sur le terrain en train de participer à des opérations de maintien de l'ordre. J'ai vu les vidéos, je l'ai convoqué le jour même, je lui ai demandé si c'était lui", a déclaré Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, au quotidien.

Une suspension de 15 jours 

Toujours selon le directeur de cabinet, cité par Le Monde, Alexandre Benalla a reconnu être l'homme mis en cause. Emmanuel Macron a réclamé "des sanctions". Résultat : une suspension temporaire de 15 jours. Plusieurs responsables politiques ont rapidement demandé qu'il soit démis de ses fonctions ou poursuivi.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris ce jeudi alors que les réactions politiques se multiplient.