Politique

VIDEOS - Ce qu'il faut retenir du meeting d'Emmanuel Macron à Strasbourg

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu mercredi 5 octobre 2016 à 17:53

Emmanuel Macron a enchaîné attaques et propositions pendant son meeting à Strasbourg.
Emmanuel Macron a enchaîné attaques et propositions pendant son meeting à Strasbourg. © Maxppp - Dominique Gutekunst

Emmanuel Macron était en meeting ce mardi 4 octobre à Strasbourg. L'ancien ministre de l'Economie a enchaîné les coups contre ses adversaires, mais aussi esquissé un début de programme présidentiel.

L'ancien ministre de l'économie Emmanuel Macron était en meeting à Strasbourg, avec son mouvement En marche ! ce mardi 4 octobre. Son discours, devant environ millepersonnes, a duré plus d'une heure. L'ex-ministre n'est pas encore candidat à l'élection présidentielle, mais il a multiplié les attaques contre ses rivaux et et esquissé des pistes pour "répondre au malaise démocratique".

Des piques pour ses adversaires

Emmanuel Macron a visé directement Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, candidats à la primaire de la droite et du centre. "Peut-on imaginer sérieusement commander aux destinées du pays ou simplement se présenter au suffrage des Français alors que sa probité personnelle a été mise en cause ? Je ne pense pas," a -t-il déclaré, visant Alain Juppé, condamné dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. "Il en est de même sur le respect des règles encadrant les élections et le financement politique. Peut-on imaginer sérieusement commander aux destinées du pays, alors qu'on a délibérément dépasser le plafond des dépenses autorisées pour sa campagne ?", a-t-il lancé à l'intention de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Et des propositions pour la France

Concernant son programme, Emmanuel Macron a affirmé qu'il ne s’agira pas d’« un catalogue de 200 mesures », mais plutôt de « dix à douze engagements » qu’il entend porter durant la campagne. Pour lemonde.fr, c'est une manière d’affirmer, une fois de plus, qu’il ne fait pas de la politique comme les autres. Macron estime nécessaire d’introduire de la proportionnelle au Parlement. Il se déclare aussi favorable à une limitation des mandats, pour éviter que la politique se résume à une « République des attachés parlementaires et des permanents de partis ».

Emmanuel Macron préconise également de créer une commission de citoyens, tirés au sort, chargée de contrôler le travail de l’exécutif, avec l’aide de la Cour des comptes. Il affirme aussi sa volonté de pouvoir déléguer certaines missions de l'Etat au privé : « Parfois, certaines fonctions sont mieux assurées par des associations ou par le privé que par l’Etat", estime l'ancien banquier d'affaires.

Ce meeting est le premier d'une série de trois, qui doivent lui permettre de présenter son "diagnostic pour la France". Les deux autres réunions publiques auront lieu au Mans le 11 octobre et à Montpellier le 18 octobre.

Partager sur :