Politique

VIDEOS | Départementales : Manuel Valls reconnaît la victoire de l'UMP, Marine Le Pen mise sur l'avenir

Par Thibaut Lehut, France Bleu dimanche 29 mars 2015 à 21:24

Nicolas Sarkozy et Manuel Valls
Nicolas Sarkozy et Manuel Valls © MaxPPP - - montage

Au soir de ce second tour des élections départementales, dimanche, Manuel Valls a expliqué que le gouvernement maintiendrait son cap et travaillerait "pour l'emploi", malgré la "victoire de la droite républicaine". Nicolas Sarkozy s'est félicité de cette étape vers "l'alternance". Marine Le Pen, quant à elle, salue le "niveau électoral exceptionnel" du Front national.

Une droite largement en tête, une gauche qui limite les dégâts mais perd à peu près la moitié de ses départements, un FN qui reste bredouille : voici les principaux enseignements de ce second tour des élections départementales.

Manuel Valls : "Le gouvernement redoublera d'énergie"

Sitôt les premiers résultats connus, Manuel Valls a déploré un "net recul de la gauche, trop dispersée" et reconnu la victoire de la "droite républicaine" . Il a également déploré les "scores beaucoup trop élevées de l'extrême droite, un défi pour tous les républicains" . A priori il n'y a pas de remaniement gouvernemental à attendre, le chef de l'Etat l'ayant exclu dès avant le scrutin. Le Premier ministre a au contraire souhaité regarder vers l'avant, en affirmant qu'il "redoublera d'énergie, avec comme priorité l'emploi, l'emploi, l'emploi" .

Nicolas Sarkozy : "L'alternance est en marche"

Nicolas Sarkozy s'est de son côté félicité de la victoire de la droite et du centre. "Jamais notre famille politique n'avait gagné autant de départements" , a rappelé le président de l'UMP, qui a expliqué vouloir faire de ces départementales un tremplin. "Nous allons accélérer la préparation d'un projet républicain d'alternance, un projet fort, réaliste et profondément nouveau" , a lancé l'ex-chef de l'Etat avant de conclure : "L'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera" .

Marine Le Pen : "Socle des grandes victoires de demain"

Une interprétation que ne partage pas Marine Le Pen. La présidente du Front national a estimé être "désormais à la tête du seul mouvement d'opposition véritable au pouvoir en place" . Le parti d'extrême-droite, qui n'a finalement pas remporté le moindre département, atteint un "niveau électoral exceptionnel" , a estimé Marine Le Pen, "socle des grandes victoires de demain" . A la différence de dimanche dernier, au soir du premier tour, elle n'a pas demandé la démission du Premier ministre Manuel Valls, qu'elle a classé parmi les "politiciens médiocres" incapables "de se mettre au niveau du peuple et de le respecter".