Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vidéosurveillance au Mans, la gauche assume "sa politique sécuritaire"

vendredi 6 novembre 2015 à 18:25 Par David Malle, France Bleu Maine

Christophe Counil, le maire adjoint PS au Mans propose de multiplier le nombre de caméras de vidéosurveillance. Le passage de l'enregistrement nocturne à l'enregistrement 24h/24. L'adjoint à la tranquilité publique dit assumer "sa politique sécuritaire".

Christophe Counil aimerait un visionnage des images en temps réel.
Christophe Counil aimerait un visionnage des images en temps réel. © Maxppp - Jean Pierre Brunet/PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Le Mans, France

Depuis le 1er juin 2013, la ville du Mans avait mis en place la vidéosurveillance après d'âpres débats et des divisions dans la majorité de gauche d'alors. Une "expérience" de 14 caméras enregistrant de 21h à 7h30 avait été lancé. Sauf que dès le 26 juin 2013, le commissaire Carabin expliquait que les policiers manceaux visionnaient les images en temps réel, cette révélation avait suscité un malaise des élus de la majorité.

Cette expérimentation s'avère "utile" explique la délibération soumise aux élus, en vue du conseil municipal du 12 novembre. "Après trois années d'expérimentation, la Direction Départementale de la Sécurité Publique considère que le dispositif de vidéosurveillance au coeur de ville est désormais indispensable au maintien de la sécurité."

Christophe Counil propose non seulement d'élargir le dispositif dans le temps, en passant à un enregistrement désormais en continu 24h24 , il "faut mettre fin à l'hypocrisie" dit-il, mais il propose aussi une extension du périmètre géographique. Aux 14 caméras actuelles vont s'ajouter 56 ou 58 nouvelles caméras fixe ou mobiles :

  • +14 caméras dans l'hypercentre (avenue du général Leclerc, rue Nationale, rue Delagénière, place des Comtes du Maine...)

  • +10 caméras autour de l'espace culturel des Quinconces

  • +6 caméras à la fourrière

  • +11 caméras au centre commercial des Sablons

  • +10 ou 12 caméras Zone Industrielle sud

  • +5 caméras nomades, alimentées par batteries et transmettant les images en 3G ou 4G

14+58=200 !

58 nouvelles caméras qui seront reliées comme les 14 existantes au Centre de Supervision Urbain installés dans les locaux du Service Prévention-Sécurité. Mais la nouveauté consiste aussi à rapatrier au même endroit des images provenant  d'une partie des centaines  (342) de caméras filmant des bâtiments publics. La ville mélangera donc des caméras filmant la rue ou des bâtiments. "Et la ville sera en effet amenée à gérer 200 caméras, pour répondre à une attente des habitants" admet Christophe Counil.

Plus besoin de réquisition pour visionner les images pour les policiers

Le projet soumis aux élus prévoit aussi d'autoriser la police nationale à utiliser en permanence sans avoir besoin de recourir à des réquisitions. La proposition ne propose pas en revanche de confier à un agent municipal le visionnage des images en temps réel, même si l'élu socialiste y serait favorable "à titre individuel".

Christophe Counil serait favorable à la télésurveillance par un agent municipal

Sur ce projet, l'élu PS Christophe Counil, dit assumer ses choix et sa "politique sécuritaire"

"Arrêtons l'hypocrisie et assumons" dit Christophe Counil

L'élu d'opposition Alain Pigeau (Les républicains )  parle d'une conversion spectaculaire de la gauche mancelle, et ne dit pas encore comment votera le groupe lors du vote jeudi prochain, mais parle d'une tromperie du maire Jean Claude Boulard

"Il y a tromperie et malhonneteté sur le sujet de la part du maire"