Politique

Vienne : l'opposition durcit le ton

Par Maxime Bacquié, France Bleu Isère jeudi 27 octobre 2016 à 5:50

Jacques Thoizet (à gauche), ici aux côtés de Manuel Valls, est le chef de file de l'opposition à Vienne
Jacques Thoizet (à gauche), ici aux côtés de Manuel Valls, est le chef de file de l'opposition à Vienne © Maxppp - Maxime Jegat

Très discrets depuis l'élection du maire Les Républicains Thierry Kovacs en 2014, les élus d'opposition se sont fait remarquer lundi soir lors du conseil municipal de Vienne, en Isère, en quittant la salle. Un geste fort pour dénoncer les méthodes de la majorité, accusée de court-circuiter le débat.

Lundi soir, lors du conseil municipal, cinq des six élus d'opposition ont quitté la séance, au moment de la délibération sur le nom du nouveau directeur du théâtre de Vienne. Ces élus frondeurs reprochent à la majorité d'avoir divulguer le nom du futur directeur à la presse avant même d'en avoir débattu lors du conseil municipal. Un exemple révélateur selon eux des méthodes de la majorité. "On en a ras-le-bol", râle Jacques Thoizet, chef de file de l'opposition. "Ce n'est pas normal d'apprendre le nom de ce directeur dans la presse. Les pratiques démocratiques ne sont pas respectées".

"Nous ne servons strictement à rien selon la majorité" J. Thoizet

"Jacques Thoizet ment"

Mais pour le maire Les Républicains Thierry Kovacs, tout a été fait dans les règles de l'art et la place occupée par l'opposition est dans les clous. "Jacques Thoizet ment quand il dit qu'il a appris le nom de Michel Belletante dans la presse. Il a reçu deux jours avant le rapport municipal, avec le nom, j'en ai la preuve, je l'ai mise sur mon comte Facebbok". Thierry Kovacs poursuit : "ils n'ont pas à se plaindre, je les associe à toutes les décisions importantes, je ne leur coupe jamais la parole lors des réunions."

"Nous traitons dans le plus grand respect l'opposition" T. Kovacs

"On n'a jamais été endormi"

Ce départ précipité a en tout cas surpris tout le monde lundi, car depuis le début du mandat, l'opposition se faisait très discrète. "On n'a jamais été endormi," conteste Jacques Thoizet, "mais au départ, on a respecté le choix des Viennois, qui avaient voté pour un programme. Mais à partir du moment où les règles démocratiques ne sont plus respectées, on fait entendre notre voix". Mais pour ça, il faudra être présent lors du prochain conseil municipal le 19 décembre.

Partager sur :