Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Violences à Paris : "Ceux qui ont cassé sont des pillards, pas des manifestants", pour Xavier Bertrand

dimanche 17 mars 2019 à 14:48 Par Winny Claret, France Bleu Nord, France Bleu et France Bleu Picardie

Invité de Questions politiques sur France Inter, ce dimanche, le président des Hauts-de-France s'est dit "révolté" par les scènes de violences à Paris, en marge du 18e samedi de mobilisation des "gilets jaunes".

Xavier Bertrand s'est dit "révolté" par les scènes de violences à Paris en marge de la mobilisation des gilets jaunes, ce samedi
Xavier Bertrand s'est dit "révolté" par les scènes de violences à Paris en marge de la mobilisation des gilets jaunes, ce samedi © Maxppp - Alexis Sciard

Hauts-de-France, France

"Révolté, complètement révolté." Xavier Bertrand est revenu, ce dimanche 17 mars 2019, sur le déferlement de violence à Paris lors du 18e samedi de manifestations des "gilets jaunes". Des centaines de casseurs ont pris d'assaut les Champs-Elysées, ils ont pillé et incendié de nombreuses enseignes. Des heurts avec les forces de l'ordre ont éclaté toute la journée, faisant 42 blessés parmi les manifestants, 17 parmi les forces de l'ordre. Au total, 200 personnes ont été interpellées dans la capitale. 

De nombreuses voix politiques se sont élevées depuis, pour dénoncer l'incapacité du gouvernement à maintenir l'ordre. Invité de l'émission Questions Politiques sur France Inter, le président des Hauts-de-France s'est demandé, ce dimanche, "quelles consignes [avaient] été données aux forces de l'ordre." Xavier Bertrand a souligné l'urgence pour le gouvernement de faire la différence entre les manifestants et les casseurs, "Ceux qui ont cassé sont des pillards."

Ce sont des criminels en puissance, pas des manifestants.

La loi anticasseurs, votée cette semaine au Parlement, doit encore passée par le Conseil constitutionnel avant d'être appliquée. Mais selon le président de région, il existe déjà des dispositifs pour empêcher de tels débordements. "Quand une manifestation n'est pas autorisée, vous faites des sommations pour demander à se disperser. Si ceux qui sont dedans ne se dispersent pas, vous êtes fondés à les interpeller. Et vous avez des peines de prison pour ceux qui y participent."

Et Xavier Bertrand de demander des comptes au gouvernement, "Depuis le début, depuis que sont intervenus ces pillards, combien de personnes ont été mises derrière les barreaux ?" C'est selon lui "la seule façon de protéger la société". Le président de région prévient les casseurs,

On ne laissera pas s'installer un État qui n'est pas l'État républicain.