Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Violences sexistes et sexuelles : "ça peut aboutir à requalifier un viol en délit" (Alaia Berhonde, PAF)

mardi 15 mai 2018 à 14:30 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Les députés débattent d'un projet de loi sur la répression des violences sexistes et sexuelles depuis le lundi 14 mai. Le projet comporte des aspects problématiques pour les associations féministes comme le PAF (Pour une Alternative Féministe).

Les associations féministes pensent que le projet de loi comporte des dangers de dérives.
Les associations féministes pensent que le projet de loi comporte des dangers de dérives. © Radio France - Bixente Vrignon

Bayonne, France

Il s'agissait de répondre par la loi aux "affaires" de ces derniers mois : #balancetonporc, affaire Weinstein, âge du consentement sexuel, harcèlement de rue... Mais le projet de loi discuté au Parlement soulève la polémique.

Pour Alaia Berhonde, (Pour une Alternative Féministe), cette loi peut aboutir à terme à "requalifier un viol en abus sexuel, que ce soit un délit au lieu d'un crime".

La loi existe depuis le XIX° siècle

Alaia Berhonde: "Le problème c'est les moyens"

La militante féministe estime problématique que "dans le même texte, on trouve des crimes et des délits, la loi sur le viol existe depuis le 19e siècle, il n'y a rien à retoucher là-dedans". Le débat est ailleurs, estime Alaia Berhonde : "il peut y avoir des lois, mais la vraie question c'est leur application pour de vrai : quels moyens seront donnés, alors que le ministère enlève des moyens aux associations de victimes de viols ?"