Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Vitamine T", l'héritage social de Pierre de Saintignon, le 1er adjoint de Martine Aubry décédé samedi

vendredi 15 mars 2019 à 2:56 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Les obsèques du 1er adjoint de Martine Aubry, Pierre de Saintignon, seront célébrées ce samedi 16 mars à la cathédrale Notre Dame de la Treille. L'élu socialiste avait fondé une importante entreprise d'insertion qui pèse aujourd'hui 3 800 emplois et 70 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Une photo et un bouquet de fleurs à l'entrée de l'entreprise d'insertion créée par Pierre de Saintignon
Une photo et un bouquet de fleurs à l'entrée de l'entreprise d'insertion créée par Pierre de Saintignon © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

L'hommage est discret, à l'image finalement de la personnalité de Pierre de Saintignon. Une photo de l'élu a été accroché au mur, près de l'accueil, juste au-dessus d'un vase rempli de fleurs. "Vitamine T", c'était "mon sixième enfant" aimait dire l'élu socialiste, parent de cinq enfants et décédé d'un cancer, le 9 mars 2019. André Dupont, le président du groupe raconte l'attachement de Pierre de Saintignon à son entreprise : 

Ce lieu était l'essentiel, magique, c'était sa respiration.

André Dupont parle de la création de Vitame T par Pierre de Saintignon

Vitamine T est née en 1978. Cette année-là, Pierre de Saintignon dirige l'association de protection de l'enfance la Sauvegarde. Il comprend que le monde du travail peut leur permettre de s'en sortir et va solliciter de riches familles nordistes, dont l'entreprise de BTP Rabot Dutilleul pour créer un premier chantier d'insertion dans la réhabilitation du bâtiment.  Le nom Vitamine T suivra peu de temps après. Pourquoi ? La réponse d'André Dupont : 

L'une de nos premières actions étaient des jeunes installés sur la Grand Place, à Lille, qui distribuaient des oranges aux passants en échange de leur CV pour être embauché. 

Le nom Vitamine, synonyme d'énergie restera avec le T comme travail, parce que Pierre de Saintignon était "obsédé par l'idée que sans travail on est rien" ajoute André Dupont. Aujourd'hui, Vitamine T emploie 3 800 personnes dont 2 800 en insertion via 18 filiales (recyclage, espaces verts, nettoyage, services,...) pour un chiffre d'affaires annuel de 70 millions d'euros.

Des salariés en insertion parlent de "Vitamine T"

Plus de 60% des salariés en insertion ont trouvé un travail ou une formation 

Chez Vitamine T, les personnes en insertion viennent de tous les horizons : des jeunes en décrochage scolaire, des séniors proches de la retraite, d'anciens détenus, des français, des étrangers. Les contrats n'excèdent jamais 2 ans, à 26 heures par semaine pour permettre de suivre à côté des formations. A la fin de leur passage dans l'une des 18 filiales de Vitamine, plus de 6 salariés sur 10 ont été embauchés en CDD ou CDI dans une entreprise ou ont suivi une formation.