Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Vote sur l'interdiction du glyphosate : aucun député côte-d'orien n'était présent à l'Assemblée

mercredi 30 mai 2018 à 17:28 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

L'amendement pour l'interdiction du glyphosate, présenté par un député de la République en marche, a été rejeté dans la nuit de lundi à mardi. Il n'y avait pas un seul député côte-d'orien lors du vote. Même pas Didier Martin, pourtant rapporteur d'une mission sur le glyphosate.

Il n'y avait que 85 députés présents dans l'Assemblée pour le vote sur l'interdiction du glyphosate
Il n'y avait que 85 députés présents dans l'Assemblée pour le vote sur l'interdiction du glyphosate © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Côte-d'Or, France

L'Assemblée nationale était presque vide. 85 députés sur les 577 ont participé au vote de l'amendement sur l'interdiction du glyphosate dans la nuit de lundi à mardi. Et aucune trace des cinq députés côte-d'oriens dans l'hémicycle. Didier Martin, pourtant rapporteur d'une mission sur les produits phytopharmaceutiques se justifie : "On a eu un long weekend de débats à l'Assemblée, j'avais de longue date un engagement à Dijon ce jour-là, alors je me suis absenté de l'Assemblée le lundi, et je suis revenu le mardi, je ne savais pas que la question du glyphosate allait être abordée à ce moment-là, mais j'avais transmis une note à ma collègue pour qu'elle défende mes positions." 

"Je pense que cet amendement n'était pas indispensable"

Sauf qu'une note, ce n'est pas un vote. On ne peut pas voter par procuration quand on est député. Les positions de Didier Martin sur le sujet sont donc passées à la trappe. Mais le député n'a pas tellement de remords : "non je ne le regrette pas, je ne pense pas que cet amendement soit indispensable. La France a déjà obtenu que l'autorisation de commercialisation du glyphosate soit ramenée de 10 à 5 ans, et _elle s'est également fixée comme objectif de faire disparaître le glyphosate dans trois ans_." 

Mais cet objectif, c'est une promesse d'Emmanuel Macron, qui ne sera donc pas gravée dans le marbre législatif. "Ce n'est pas ça qui est important, martèle Didier Martin, tout dépendra de ce que les professionnels seront capables de mettre en œuvre, et de notre capacité à les accompagner dans cette transformation du modèle agricole." 

Un discours qui rejoint celui du Premier ministre Édouard Philippe, qui expliquait ce mercredi qu'il s'agit "beaucoup moins" d'un travail législatif que d'un "travail de solutions avec les acteurs concernés".