Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VOTRE AVIS | Bourgogne-Franche-Comté : Faut-il revenir sur la hausse des indemnités des élus de la région ?

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste de la Bourgogne-Franche-Comté, ne s'interdit plus d'y renoncer, et la raison est simple : la polémique commence sérieusement à enfler. Une pétition lui a été remise ce mardi pour dénoncer la hausse des indemnités des élus de la région.

Marie-Guite Dufay pourrait abandonner de la hausse des indemnités
Marie-Guite Dufay pourrait abandonner de la hausse des indemnités © Radio France - Arnaud Racapé

Cette pétition, mise en ligne par une ingénieure de Saône-et-Loire scandalisée par cette augmentation, a été signée par près de 22.000 Bourguignons et Franc-Comtois. Marie-Guite Dufay parle d'un "malentendu", elle se dit "meurtrie" par la situation parce que c'est précisément l'image inverse qu'elle veut véhiculer. Une image d'éthique, de respect de la fonction et des électeurs.

Un malentendu lourd de conséquences ?

Dès son élection, elle a demandé à ses vice-présidents de quitter leurs autres mandats, de renoncer donc à une partie de leurs revenus. Cette augmentation des indemnités, c'est donc d'abord pour compenser cette perte de revenus que Marie-Guite Dufay l'a consentie. Le problème, c'est que tous les élus du conseil régional en ont finalement profité. 

Une histoire que la majorité socialiste pourrait traîner comme un boulet

Consciente de n'avoir pas assez expliqué sa démarche, consciente aussi que cette histoire pourrait la suivre comme un boulet tout au long de son mandat, l'élue socialiste affirme aujourd'hui tout assumer mais elle ne s'interdit pas d'en reparler lors de la prochaine session du conseil régional. "Tout n'a pas été dit sur ce sujet, il faut que j'en parle à nouveau avec ma majorité". Le dossier est donc loin d'être clos, à l'en croire, contrairement à ce qu'affirmait son vice-président Michel Neugnot il y a une semaine dans les colonnes du Bien Public.

Choix de la station

France Bleu