Politique

Pesticides, migrants : Julien Aubert (LR) pointe une politique stupide

Par Aurélie Lagain, Daniel Morin et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse lundi 17 octobre 2016 à 11:17 Mis à jour le mercredi 19 octobre 2016 à 6:05

Julien Aubert (LR) dans le studio de France Bleu Vaucluse
Julien Aubert (LR) dans le studio de France Bleu Vaucluse © Radio France - Clara Bouchet

Le député Les Républicains Julien Aubert s'oppose à la folie de l'arrêté qui réduit les surfaces agricoles traitées avec des pesticides. Dans l'émission "Rue de la République", il dénonce aussi les migrants économiques parqués au fin fond de la ruralité à Grambois.

Julien Aubert est le député Les Républicains de la 5e circonscription de Vaucluse. A 38 ans, il a lancé le mouvement Bleu Lavande car "c'est une plante qui dégage de l'optimisme, de la bonne volonté, des ondes positives. J'essaie d'être positif dans cette société sclérosée". Dans "Rue de la République", Julien Aubert, l'enfant de Sault, n'oublie pas que "la lavande à sa cicadelle... En politique, il faut savoir se blinder parce que les attaques de ses adversaires et de ses collègues sont parfois dures".

Un peu d'ironie passe dans le sourire de Julien Aubert lorsqu'il estime qu'on "pourrait faire un cours sur y a-t-il des amis en politique ?" mais il adoucit ce sourire dans le studio de FRance Bleu Vaucluse pour assurer qu'il ne faut "pas être un Terminator, une machine de guerre".

Rue de la République avec Julien Aubert

Limiter la surface des pesticides: un arrêté de folie

Un arrêté ministériel est en préparation pour interdire l'utilisation des pesticides sur des zones de cinq à cent mètres en lisière des cours d'eau, des habitations, des forêts. Pour Julien Aubert (LR), le gouvernement prépare un "arrêté de folie". Le député explique que depuis le 4 octobre, il "tire la sonnette d'alarme avec un courrier au Ministre de l'Agriculture".

Pour Julien Aubert, nous sommes "à la croisée des chemins après les abus énormes des années 80-90 puis le retour à une moindre utilisation avec le développement du bio. Mais il y a la mouche Drosophila suzukii dans la cerise, la flavescence dorée dans les vignes, la mouche de l'olivier, la cicadelle pour la lavande. Je me demande dans quelle mesure l'agriculture peut survivre si on ne met pas davantage de moyens dans la recherche".

Julien Aubert pense aussi à l'avenir des agriculteurs du département. Le député de la 5e circonscription "s'oppose à l’élargissement de ces arrêtés autour des cours d'eau car cela portera préjudice à l'activité humaine".

Quand Daniel Morin de France Bleu Vaucluse évoque les inquiétudes des riverains des vergers et des vignes traités avec des pesticides, le député Les Républicains avance que "notre société est schizophrène ! On interdit le diméthoate en France et on mange des cerises traitées qui viennent de Turquie ou d'Italie. Donc zéro impact sur la santé publique mais énorme impact sur l'agriculture vauclusienne en raison d'un dogmatisme en matière écologique".

"Je ne dis pas bienvenue aux migrants à Grambois."

Le centre de vacances de La Poste de Grambois devrait accueillir une cinquantaine de migrants syriens début novembre. dans "Rue de la République", Julien Aubert assure que "ce n'est pas la bonne solution: on a des migrants économiques qui veulent aller à Calais et on va les parquer au fin fond de la ruralité."

Il confie qu'il a été "choqué par les tracts qui présentent les migrants comme des aliens, des extra-terrestres ou des barbares". Julien Aubert comprend qu'ils fuient leur pays : "Vous quittez une rue où on massacre des gens, vous fuyez mais vous n'êtes pas persécutés! Tous ceux qui arrivent ne sont pas des demandeurs d'asile. Quand vous fuyez sans enfants ni femmes, vous n'êtes pas persécutés: vous êtes un migrant économique"

Le député Les Républicains est aussi un auditeur de "Rue de la République". Il se souvient que Francis Adolphe, le maire socialiste de Carpentras a évoqué il y a quelques semaines dans le studio de France Bleu Vaucluse les familles vauclusiennes qui veulent accueillir chez elle des migrants. Julien Aubert estime que "Francis Adolphe a repris (son) idée: s'appuyer sur la société civile".

Julien Aubert veut aussi modérer son propos: "Quand je ne dis pas bienvenue aux migrants, c'est pas d'un côté les gentils élus et d'un autre les méchants élus au cœur froid. Mais cette politique d'accueil est stupide et de courte vue."

Julien Aubert critique aussi les manifestations prévues ce weekend à Grambois sur le sujet des migrants. le député les Républicains considère que "la liberté de manifester existe mais c'est de l'agit-prop'. On devrait plutôt chercher des solutions calmes."

Julien Aubert répond aux questions de Rue De La République - Radio France
Julien Aubert répond aux questions de Rue De La République © Radio France - Clara Bouchet

Partager sur :