Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Xavier Bertrand favorable à une réouverture des commerces de proximité avant le 1er décembre

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Invité de France Bleu Picardie ce mardi matin, Xavier Bertrand se dit favorable à la réouverture des commerces de proximité si la situation sanitaire le permet. Le président du Conseil Régional des Hauts-de-France suit également de près les difficultés économiques des entreprises.

Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts de France
Xavier Bertrand, le président de la région des Hauts de France © Radio France - France Bleu Picardie

France Bleu Picardie : le calendrier se précise sur l'arrivée d'un vaccin anti covid. En juin, promet le laboratoire français Sanofi. Faudra-t-il le rendre obligatoire ?

Xavier Bertrand : Je pense qu'il faut plutôt donner envie de se faire vacciner et si on le rend obligatoire, on va à nouveau entrer dans une forme de polémique et je pense que si on réussi à bien montrer l'importance de se faire vacciner, préventivement, c'est la meilleure campagne qui soit. Je ne voudrais pas faire non plus l'ancien ministre de la Santé, moi je crois à la vaccination mais attention, même si une vaccination n'est pas obligatoire ça veut dire des dizaines de millions de Français à vacciner.

Et là j'espère bien que nous serons parmi les tous premiers pays au monde à avoir ce vaccin disponible. Mais c'est un travail logistique extrêmement compliqué et le gouvernement doit absolument l'anticiper. Il y a eu fiasco sur les masques, sur les tests, on ne peut pas se permettre d'avoir un troisième fiasco sur les vaccins. 

Êtes-vous favorable à une réouverture des petits commerces dès le 27 novembre ? 

Si les chiffres des victimes de l'épidémie s'améliorent comme le ministre de la Santé nous l'a dit, alors plutôt que le 1er décembre, faisons cela la veille ou l'avant veille du Black Friday. N'oublions pas que le Black Friday, ce n'est pas seulement un succès pour le commerce en ligne mais aussi pour une grande partie du commerce de proximité.

Donc il faut absolument leur permettre non pas de lutter à armes égales mais de pouvoir éviter d'être davantage pénalisés. Donc clairement si les chiffres de l'épidémie sont bons - et ça c'est le gouvernement qui pourra nous le dire mais il nous le laisse déjà penser - alors dans ces cas là, à trois jours près, il faut le faire. 

Xavier Bertrand, président du Conseil Régional des Hauts-de-France

Il existe un numéro unique pour aiguiller les entreprises des Hauts de France vers les aides. Qu'en est-il dans ce second confinement ? Est-ce qu'il y a plus d'appels ? 

Il y a beaucoup d'appels, plusieurs centaines tous les jours. Derrière ce numéro unique,  le 03.59.75.01.00, il y a la Région, l'Etat, la Chambre de Commerce, la chambre des Métiers et on vous dit exactement comment on peut vous aider face à un problème ou si vous avez un projet à financer. Et si les choses sont compliquées, pendant une demi journée, on envoie quelqu'un tous frais payés par la Région pour vous aider dans vos formalités. On essaye de faire du sur mesure.

Et il y a aussi les habitants de la région. A partir de maintenant, de novembre jusqu'en décembre 2021, la Région veut financer jusqu'à 100.000 voire 130.000 formations rémunérées. 

La filière aéronautique est particulièrement touchée dans la Somme. Ou en est-on de cette idée de transferts de salariés par exemple chez Bombardier ou dans d'autres usines de la région ?

Bien sûr. Ce n'est pas ça qui va nous permettre de retrouver un emploi à chacun des salariés de l'aéronautique sur Méaulte et Albert mais j'étais encore en contact ce week-end avec le patron de Bombardier. L'aéronautique ça va beaucoup moins bien en ce moment, le ferroviaire marche mieux et donc nous sommes même prêts, la Région, pour éviter que les salariés n'aient à déménager de payer des navettes pour les emmener le matin, le soir même s'ils sont à des horaires postés.

C'est compliqué de faire de la route mais l'important c'est qu'ils n'aient pas à conduire. Donc nous sommes en train de voir quelles peuvent être les perspectives, les formations. Des salariés ont déjà été contactés par Bombardier mais pas assez et Bombardier est en train de leur donner une forme de priorité.

Est-ce que le probable report des élections régionales contrarie vos plans politiques ? Vous dites qu'il vous faudrait d'abord être réélu avant peut-être d'être candidat à la présidentielle de 2022...

C'est la situation sanitaire qui décide et il n'y a qu'elle qui décidera. Quand vous avez des gens qui rentrent en réanimation, qui sont hospitalisés, des familles qui perdent l'un des leurs, honnêtement, la politique ça viendra plus tard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess