Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Xavier Bertrand pique une colère contre le gouvernement

mercredi 12 septembre 2018 à 11:32 Par Eric Turpin, France Bleu Nord

Xavier Bertrand voit rouge. Le président de la région Hauts de France a vivement critiqué le gouvernement mercredi matin sur France Inter, lui reprochant de ne pas tenir parole et dénonçant un "cynisme d'Etat".

Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France dénonce le manque de soutien du gouvernement sur les dossiers industriels
Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France dénonce le manque de soutien du gouvernement sur les dossiers industriels © Maxppp - Pierre Rouanet

Xavier Bertrand pique une colère contre le gouvernement. Le président de la région Hauts de France a été particulièrement critique ce mercredi sur France Inter. Il a reproché au gouvernement de ne pas tenir ses engagements.

Xavier Bertrand a d'abord cité en exemple l'entreprise Tim dans le Nord. « L'Etat devait mettre deux millions d'euros pour sauver cette entreprise. J' ai reçu au mois d'août un courrier de Bruno Le Maire me disant qu'ils ne verseraient pas les deux millions d'euros », a-t-il dénoncé, « Les 350 salariés, on en fait quoi, quand l'Etat ne tient pas parole ? ».

Cynisme d'Etat

Autre entreprise en difficulté, Ascoval Vallourec à Saint-Saulve, près de Valenciennes, dont l'avenir se décidera devant la justice le 26 septembre prochain à Strasbourg. « Je me suis battu pour trouver les repreneurs. Il y a un cynisme d'Etat qui consiste à laisser cette entreprise mourir », a déploré le président de la région Hauts-de-France.