Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Renforcement des CCAS, "légumerie" : le contre-projet de budget de l'opposition messine

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le premier budget de la nouvelle majorité messine sera au cœur, ce jeudi, du conseil municipal. L'opposition a élaboré un contre-projet, qui veut remettre "l'action environnementale et l'action sociale d'urgence" au centre du débat.

Xavier Bouvet : Chef de file de l'opposition de gauche et écologiste à Metz (Moselle), 9 septembre 2020.
Xavier Bouvet : Chef de file de l'opposition de gauche et écologiste à Metz (Moselle), 9 septembre 2020. © Radio France - François Pelleray

Le conseil municipal de Metz vote ce jeudi son budget pour 2021, le premier pour une année pleine depuis l'arrivée de François Grosdidier à la tête de la ville l'été dernier. Le budget, c'est la traduction de la politique menée par la majorité. Et son opposition a des choses à dire dessus, et des critiques à formuler. Le chef de file de cette opposition de gauche, Xavier Bouvet, a même dévoilé un contre-projet de budget : il était l'invité de France Bleu Lorraine ce mercredi.

Le sens des priorités est complètement inversé"

Deux grands axes, dans ce contre-projet : "l'action sociale d'urgence et l'action environnementale", précise Xavier Bouvet. Une façon de critiquer "les budgets des solidarités qui sont à l'équilibre par rapport à l'année dernière" alors qu'"on traverse une crise historique majeure" et que "le sens des priorités est complètement inversé" : le conseiller municipal prend l'exemple des caméras de vidéo-surveillance : "dans le budget présenté jeudi, nous avons 675.000 euros d'investissement pour 50 caméras. C'est considérable", martèle-t-il. 

On paye pour retirer des jours d'école à nos enfants"

Selon lui, il s'agit "du premier poste d'investissement de la ville de Metz" alors même que la ville est "déjà très bien couverte". Même chose pour le million d'euros supplémentaire promis pour la police municipale "déjà très solide, très bien équipée, très bien formée" : c'est "déraisonnable". Xavier Bouvet revient également sur le coût du retour à la semaine de quatre jours à l'école : "on paye pour retirer des jours d'école à nos enfants. L'Etat nous a retiré 485.000 euros d'aides et de subventions qu'il nous accordait jusqu'à présent."

750.000 euros en plus pour le CCAS

Cet argent, où fallait-il le mettre ? Selon Xavier Bouvet, il est notamment nécessaire, en ces temps de crise sanitaire, de "réarmer le centre communal d'action sociale, qui vient en aide aux personnes isolées, âgées, fragiles, avec le portage repas, les subventions aux associations humanitaires, à hauteur de 750.000 euros.

2,7 millions d'euros cette année pour "étendre la cuisine centrale et y accueillir une légumerie"

Un autre dossier porté par le leader de l'opposition : "pouvoir étendre la cuisine centrale, qui fabrique les repas pour les cantines des écoles, et y accueillir une légumerie", qui permet de stocker et de préparer des légumes achetés sur le territoire. "Premier bénéfice : on peut acheter aux producteurs locaux. C'est aussi offrir une alimentation de qualité à nos enfants chaque midi, c'est un enjeu sanitaire, éducatif, social et familial." Ce projet a été chiffré à hauteur de huit millions d'euros, 2,7 millions sur l'exercice 2021. 

Bliiida, c'est un site qui fonctionne bien, qui attire des entreprises et des créateurs de Nancy, de Paris, et d'ailleurs."

Xavier Bouvet répond également à la charge virulente de François Grosdidier sur la gestion financière de Bliida : "Cette charge est complètement en décalage avec la réalité, complètement politicienne, et à l'image de sa vision de l'économie. Pour lui, l'avenir, c'est le Luxembourg, les emplois, c'est le Luxembourg. Nous sommes en désaccord avec cette vision : l'activité, elle doit se créer ici. Bliiida, c'est un site qui fonctionne bien, qui attire des entreprises et des créateurs de Nancy, de Paris, et d'ailleurs."

"C'est effectivement un dossier qui n'est pas facile, concède-t-il, mais l'approche en décalage avec la réalité ne nous semble pas être intègre. Et nous faisons confiance à la présidente par intérim de Bliiida - Jacqueline Schneider, qui fait partie de la majorité municipale, ndlr - qui nous semble avoir une vision beaucoup plus équilibrée du dossier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess