Politique

Xavier Garcia, secrétaire départemental du PS : "Le parti n'était pas prêt à gouverner"

Par Sébastien Germain, France Bleu Azur vendredi 2 décembre 2016 à 9:13

Xavier Garcia, le premier secrétaire départemental du PS
Xavier Garcia, le premier secrétaire départemental du PS © Radio France - Sébastien Germain

François Hollande renonce donc à briguer un second mandat. Pourquoi ? Quel héritage laisse t-il au pays et à la gauche ? Quel avenir pour le PS ? Les réponses de Xavier Garcia, le premier secrétaire départemental du Parti socialiste.

C'est la première fois qu'un président en exercice renonce a briguer un second mandat, c'est inédit dans l'histoire de la Ve République. Pour réagir à cette décision de François Hollande, Xavier Garcia le premier secrétaire départemental du PS était l'invité de France Bleu Azur ce vendredi à 7h50.

"Un échec collectif"

Xavier Garcia comprend la décision de François Hollande : "C'est un aveu d'échec, il ne faut pas mentir aux français. Ce n'est pas un choix de François Hollande. Dans la vie politique certains restent coûte que coûte. Lui ne fait pas ce choix. A court terme vous verrez on lui rendra justice. Ce quinquennat a été très utile à la France mais il y a un échec collectif."

"Nous n'étions pas prêt, la gauche a un problème avec le pouvoir"

Xavier Garcia nous explique pourquoi le bilan de la gauche au pouvoir n'est pas bon : "Le parti n'était pas préparé à gouverner. François Hollande était prêt, pas le parti. Il y a une paresse intellectuelle, nous n'avons pas bien préparé notre arrivée au pouvoir. et puis nos propres militants ne connaissent pas les mesures prises par le gouvernement. Une partie de la gauche a un problème avec le pouvoir"

"La gauche court a sa perte en se divisant"

Désormais à gauche on se prépare à la présidentielle. Le premier tour de la primaire a lieu le 22 janvier : "Aujourd'hui toute la gauche court a sa perte. Il faudrait que Macron, Pinel, Mélanchon acceptent le principe et se présentent à cette primaire. Sinon c'est une quasi certitude que nous allons vers un 21 avril 2002 avec la droite face à l’extrême droite."

L'invité Xavier Garcia

Partager sur :